Frfdjfirsofjsdif

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1738 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Chapitre 9
Les spécificités de la communication
orale dans les organisations.

Pierre PHILIPPE 1STG

Page 91 :

Dans cette image, les signes attestant du caractère professionnel de la situation sont :
- La distance séparant les acteur, c'est a dire que dans une relation amical, il y a des contacts ( poignet de main, enlacement .. ) la il y a une certaine dispense séparant lesacteurs.
- La gestuelle des acteurs, on peu voir que le personnage qui est à gauche de l'image, regarde dans les yeux le personnage central dans les yeux en levant la main gauche, c'est à dire qu'il explique quelque chose a sa collègue.
- Les mimiques du personnage central, montre qu'elle est perdu, et qu'elle essaie de comprendre ce que son collègue lui explique.

Cette photographie,peu illustrer une situation de communication entre collègue de travail, lors d'une réunion, il s'agit d'une communication interpersonnelle.

Page 92 :

Le décodage territorial.

La personne, occupant la position hiérarchique la plus élevée est l'homme derrière le bureau. Car, Le téléphone est dirigée vers lui, il dispose du siège le plus confortable, et a sa taille, on peu voir aussi,que toute les affaire a plat sur le bureau sont dirigées vers lui, aussi on peu constater qu'il tien une position assé confortable, comparer a la personne en premier plan, ce qui confirme sa position hiérarchique.

Page 94 :

L'accueil a la poste.

Dans la première image, le passage a la poste est désorganiser, il y a des clients partout, et on vois qu'il y a un seul employé pour unequinzaine de personne. Alors que sur la seconde image on peu voir que la poste est bien mieux organiser, avec plus d'employer pour mieux gérer les clients, et donc on peu voir que la salle est moins bondé de personnes et donc ceci donne un effet «  propre » et donne plus envie d'allé a la poste, car ceci est mieux « rangé »

Ceci peu donner au individus d'avoir plus envie d'allé a la poste,car maintenant on peu voir que la poste est mieux organiser, et que la gestion des clients est meilleur avec de meilleur conditions matériel d'accueil, aussi, les clients attendront moins, et donc seront moins énervé lors du passage a l'accueil.

L'accueil téléphonique.

L'enquête fait comme constat, que les accueil téléphonique des grandes entreprises ne sont pas de qualité, et que lesaccueil téléphonique des entreprises sont parfois désagréable, ou bien renvoie le client sur un autre numéro, ou bien carrément, le renvoyer sur leurs site internet. L'enquête constate aussi, que de temps en temps, il y a des réponse désagréable du standardiste.

Les critères d'insatisfaction, mis en évidence dans ce texte, sont l'incompétence de certain standardiste, qui renvoie le clientsur un site internet.... Ou bien leur demande de rappeler plus tard pour une question simple ( comme le numéro de fax, dans le texte ). Aussi, les attentes interminable... Pour souvent avoir une réponse qui nous conviens pas, ou encore les communications rompue, les mauvais interlocuteur, ou encore les réponses désagréables.

Page 96 :

L'écoute active.

M. Leroy, n'a pas sur écouterPierre, car il n'a pas laisser Pierre s'exprimer sur les difficulté qu'il a avec le jeune Bernard, car a chaque fois que Pierre a essayer de s'exprimer, M. Leroy lui a coupé la parole, et donc Pierre n'a pas pu lui expliquer pourquoi il a des problème avec Bernard.

Les interventions de M. Leroy, sont pour valoriser Bernard, comme par exemple quand il dit que « c'est le plus bosseur duservice » ou encore quand il dit « avoir de l'assurance, c'est une qualité n'est-ce pas? », ces phrase ne sont pas de nature a favoriser la compréhension du message de pierre, car en aucun cas, M. Leroy a essayer de comprendre Pierre, il s'est empressé de refendre la cause de Bernard.


Les deux phrases en question sont :
Pierre l'interrompant : « Non, non, avec Philippe tout va bien....
tracking img