Fusion pechiney alcan

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 25 (6110 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Fusion-acquisition Alcan - Pechiney
2009

CONFIDENTIALITE

La personne nous ayant fournis des informations internes sur l’entreprise n’a pas souhaité que l’on communique son nompour des raisons de confidentialité. Nous le nommerons dans le présent document « Mr. X ».

Introduction
Depuis sa création en 1855, le groupe Pechiney, a beaucoup évolué avant de faire une première fusion en 1971et d’être nationalisé en 1985. Ce groupe industriel a finit par devenir très puissant, jusqu’à être considéré comme un des fleurons de l’industrie française. En parallèle, le groupe canadien Alcan, s’est développé selon un modèle de multinationale plus américain. Ces deux grands groupes ont fini par se rapprocher par deux étapes : une première fois lors d’une tentative de fusion refusée par laCommission Européenne, et une deuxième fois par la suite, lors d’une OPA.
Cette guerre à la fusion acquisition dans le secteur de l’aluminium en Amérique du Nord est devenue une nécessité de part la mondialisation, et du fait que ce marché se porte bien dans cette région du monde.
Lors de ce type d’opération, il arrive que l’acheteur absorbe complètement l’acheté, et que ce dernier disparaissealors totalement ainsi que sa culture et ses valeurs. La question est alors de savoir si la fusion ALCAN – PECHINEY a permit à ces deux géants de l’aluminium de conserver leur culture d’entreprise, où l’une des deux a-t-elle été absorbée ?
Afin de répondre à cette problématique, nous ferons d’abord un historique de la présentation l’Alcan, de Pechiney et du rapprochement. Puis nous ferons état desprincipaux changements structurels survenus et enfin du choc des cultures qui s’est produit.

I) HISTORIQUE et présentation
A) ALCAN
Alcan est un géant canadien dans le domaine de la production d’aluminium créé en 1902, et dont le siège social est situé à Montréal (Quebec, Canada). Lors de ses premières années d’activité, cette compagnie se contentait de produire de l’aluminium sur le solcanadien. Son histoire est complexe, et, cette société ne s’appelait pas ALCAN jusqu’en 1966. Avant cela, c’était une compagnie américaine (Pittsburgh Reduction Company ou ALCOA) qui possédait plusieurs filiales dont une au Canada, et c’est de cette dernière dont il est question ici. Lorsqu’ALCOA connu un éclatement dû à la politique anti monopole du gouvernement des Etats-Unis et dut vendre àl’étranger une certaine partie de ses actifs, c’est cette filiale qui en profite, qui se constitue en tant que société à part entière, Aluminum Company of Canada, Limited, ou aussi appelé à ses débuts Northern Aluminum Company, Limited et aujourd’hui ALCAN. Cette société a mis en place des usines d’électrolyse ainsi que des centrales hydroélectriques. Mais elle s’est vite intéressée à la fusion acquisitiond’autres entreprises. C’est d’ailleurs grâce à cela qu’elle a pu acquérir assez tôt une dimension internationale (à partir des années soixante) avec l’implantation d’usines en Océanie, en Asie du sud est, en Amérique du sud etc., des destination attrayantes sur le plan de la réduction des coût lié au coût de la main d’œuvre. (cf. annexe 1 et 2)
Ensuite, c’est au début des années quatre vingtqu’Alcan fusionne avec l’anglais British Aluminium Plc, et rachète par la même des entreprises spécialisées, toujours dans le domaine de l’aluminium et de sa transformation. Dix ans après, le groupe acquière le suisse Alusuisse ce qui lui confère la place de leader dans le monde concernant l’industrie automobile friande de ce matériau, dans les emballages spécialisés, et dans les produits légèrementusinée. Alcan acquière alors de nouvelles compétences et s’introduit sur des marchés et métiers différents du sien, bien que dans le même secteur à coup de fusions acquisitions.
Cette entreprise n’a, au fil du temps, pas arrêté de gagner en puissance, en internationalisation, et en diversification grâce notamment à ses multiples croissances externes. Mais, c’est aussi parce qu’elle est très...
tracking img