Gagne t on sa vie en travaillant ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1783 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Dans notre société travailler est l'objectif de la majorité d'entre nous et seul l'Homme travaille. Il se présente de prime abord comme un acte qui se passe entre l'homme et la nature mais dans Bible le travaille est présenté comme une punition. Adam, pour avoir péché, est chassé du jardin d'Eden et Dieu lui dit « Tu mangeras ton pain à la sueur de ton front »(Genèse) On peut de ce faite cedemander si l'on gagne sa vie en travaillant? Cette réflexion nous amène à plusieurs questions : le travail nous apporte-t-il le bonheur ? Et, en même temps, bien que l'on gagne quelque chose, ne perd-on pas par la même occasion une partie de nous même ? Et enfin, pourrions-nous ne pas travailler ? Serions-nous véritablement des hommes sans le travail ?

En effet, le passé nous dévoile que letravail a revêtu au cours de l'histoire des formes particulières mutilante ou encore aliénante avec l'esclavage, le servage et le salariat. Bien qu'aujourd'hui le discrédit qui s'attachait au travail matériel a peu à peu disparu, la primitive division entre maître est esclave s'est,d'une certaine manière, prolongée. L'opposition passe désormais entre ceux qui possèdent(actionnaires) et ceux qui ne sontque des travailleurs(ouvriers).
Après l'esclavagisme commence alors l'aliénation du travaille qui se traduit alors par la rupture entre savoir technique ( aspect qui détermine le degré d'évolution du travail) et l'exercice des conditions d'utilisation. Ainsi dans notre société capitaliste le travail est vendu à autrui, exploité il ne répond plus qu'a la nécessité du travailleurs. Alors lanécessité pour l'homme de subsister, dans une nature qui, livrée à elle même, est impuissante à satisfaire à tous ses besoins, fait du travail une loi soumise au régne de la nécessité et du besoin. Il est alors dépossédé de toute valorisation, de toute liberté d'activité physique ou intellectuelle et ainsi tient comme simple définition du travaille celle qu'Alain donne « Le propre du travail, c'estd'être forcé. ». Les ouvrier sont part ailleurs, restreint à l'execution mécanique d'une tâche simple ,répétitive , monotone et doit se se plier au rythme imposé par une machine. Le travaille isole alors l'individu, le prive d'une pensée libre au profit d'une pensée automatisée. Il creuse ainsi l'individualité de l'Homme jusqu'à l'extérieur de sont territoire, dans la vie privée des travailleurs commele soutient Christophe Dejours psychiatre et psychanalyste contemporain, fondateur de la psychodynamique du travail :
« C'est l'homme tout entier qui est conditionné au comportement productif par l'organisation du travail, et hors de l'usine il garde la même peau et la même tête. Dépersonnalisé au travail, il demeurera dépersonnalisé chez lui. »
D'autre part il est bien connut que bon nombred'entre nous rejette le travail. En effet il faut rappeler que ce mot vient du terme latin "tripalium" qui désigne « l'instrument de torture ». Il est vrai que le terme 'travaille' dans le cas le plus général renvoi à l'effort, au sacrifice de soi, à la douleur. Un douleur qui est à la foi physique mais plus importante encore, psychologique. Cette définition, est-elle incomplète alors? Peut-on alorsaffirmer que l'on gagne sa vie en travaillant? Ne somme nous pas plutôt perdant face au travaille? Revenons alors à la définition de l'Homme d'après Sartre qui dit qu'en terme général l'existence précède l'essence, ainsi l'homme ne se définit que par ses actions est l'existence est première et totalement contingente mais c'est aussi ce qui lui confère sa valeur puisque seul l'Homme peut se définirlui-même par sa liberté. En ce sens seul l'homme existe vraiment, car son existence n'a rien à voir avec celle des choses ni même des autres êtres vivant. Soit exister n'est pas « être » mais « devenir » et on peut par conséquent affirmer que la temporalité pour l'existence humaine en est une dimension fondamentale. L'existence humain s'inscrit dans le temps comme si nous montions dans un...
tracking img