Gambetta

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2253 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
MOLOZAY Pauline
HK1
11/02/2011

Commentaire d'histoire

Gambetta et le suffrage universel, Paris, Cirque du Château d'Eau, 9 octobre 1877

Ce discours est prononcé par Léon Gambetta, républicain modéré, qui après l'expérience de la Commune de Paris et l'installation de la III ème République en 1871, mènera une longue action de propagande en faveur de la République et dans un but derassurer les français. Il prononce ce discours lorsqu'il est député, le 9 octobre 1977 lors d'une réunion électorale dans le XX ème arrondissement. Ses paroles s'inscrivent dans un contexte d'affrontement. En effet, après la crise du 16 mai 1977 qui présente un conflit entre le président de la République Mac-Mahon, qui est plutôt légitimiste mais cependant légaliste et nationaliste, et la majoritérépublicaine de la Chambre des députés, aura lieu une campagne forte, passionnée et agitée en vue des prochaines élections législatives qui auront lieu en octobre 1977. Le retour de la République institué par les lois constitutionnelles de février et juillet 1875 n'est donc pas à l'abri d'un retour offensif des monarchistes. Lors d'un discours prononcé le 15 août 1877 à Lille, Gambetta affirme sesintentions, et prévient : « Quand le pays aura parlé, il faudra se soumettre ou se démettre ». Le discours du républicain s'inscrit donc un contexte de campagne électorale, 5 jours avant les élections, et Gambetta entend bien affirmer l'obligation que représente le suffrage universel, qui se distingue du suffrage censitaire du fait que la totalité des citoyens peuvent voter. Par conséquent, lesuffrage universel est donc le symbole de la démocratie.
Dans quelle mesure Gambetta entend t-il montrer l'intérêt du suffrage universel lié au fonctionnement d'un ordre républicain et par conséquent en critiquant les conservateurs dont fait parti le président de la République actuel ?
Nous verrons ici l'importance que Gambetta accorde au suffrage universel ainsi que sa finalité. Dans un contextede campagne électoral, Gambetta critique le gouvernement actuel pour enfin démontrer qu'il défend l'ordre républicain qui passe inéluctablement par la suffrage universel.

Pour défendre le principe du suffrage universel, Gambetta n'oublie pas de rappeler que celui-ci a été acquis, s'est émancipé, a été appliqué et a choisi « quand ce suffrage s'est prononcé il y a seize mois à peine dans laplénitude de sa puissance et de sa volonté ». De plus, nous nous apercevons que Gambetta parle également pour la majorité des français qui défendent le principe du suffrage universel.Car c'est le 2 mars 1848 qu'a été proclamé le suffrage universel et où l'électorat est alors passé de 250 000 à 9 000 000 millions de votants. Gambetta cite par exemple « le paysan », « l'ouvrier » qui eux ont pu voter apartir de 1848. De ce fait, ce suffrage universel ne peut pas être remis en cause selon Gambetta, il apparaît au contraire comme une loi qui est fondamental...
Pour le républicain, le suffrage universel n'apparait pas comme une condition, mais comme une loi fondamentale à la démocratie, « base inébranlable de la démocratie » un principe qui a le devoir d'exister, d'être appliqué et respecté, ilqualifie alors son existence de « juridique et légale ». Le suffrage universel se présente alors, une fois qu'il a été appliqué, comme une maxime qui ne peut disparaître, une « condamnation définitive ». En effet, Gambetta l'avait annoncé à Mac-Mahon après la dissolution de la Chambre des députés en juin 1977 : « quand la France aura fait entendre sa voix souveraine (…) il faudra se soumettre où sedémettre ». Au moment où le président n'avait pas respecté la majorité parlementaire, Gambetta connaissait le pouvoir du peuple,savait que c'était lui seul qui pouvait et qui devait décider. De plus, la démocratie est représentative de la liberté. Ainsi, quand un régime est démocratique, chacun doit avoir le « droit du suffrage ».
De plus, Gambetta entend affirmer que le peuple a le choix...
tracking img