Garcia marquez

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2201 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Garcia Marquez est souvent présenté comme la figue emblématique du « réalisme magique », cela pourrait se traduire par l’articulation particulière du réalisme et de l’affabulation qui a fortement marqué l’œuvre de l’auteur.
Nous analysons ici la manière dont la stratégie scripturale de l’auteur construit l’univers de la fiction. Nous examinerons plus particulièrement la représentation du réel,l’élaboration d’une mythologie en relation avec celui-ci et d’une écriture subversive qui se propose de restituer pleinement les différents aspects du réalisme.
Notre travail se limitera a l’étude de deux œuvres de Garcia Marquez : Cent ans de solitude et l’Automne du patriarche.

1. L’ANCRAGE DES ŒUVRES DANS LE REEL

A- une œuvre politique

Comme nous pouvons le remarquer enexaminant les œuvres citées le contexte social, historique, culturel et politique y joue un rôle primordial. D’ailleurs les critiques qui se sont penchés sur les écrits de l auteur n’ont pas manqué de souligner son engagement vis-à-vis de la réalité sociale. Le village d’Aracataca, le cadre exubérant, pittoresque des Caraïbes chez Garcia Marquez aurait, selon certains d’entre eux, un rôledéterminant dans la structuration des œuvres en question. Derrière l’omniprésence des mythes amérindiens et bibliques, l’on observe une peinture sociale destinée à fustiger des systèmes en vigueur sur le continent latino-américain.
Ainsi, Cent ans de Solitude et L’Automne du patriarche de l’écrivain colombien pourraient être identifiés à "une parabole, plus ou moins fidèle à la réalité, du destin de laColombie, au moins par restriction du peuple latino-américain". [3]
Chez Garcia Marquez le village de Macondo est certes un pays mythique, mais qui pourrait servir à refléter le microcosme de la réalité colombienne contemporaine car si l’auteur a besoin de recourir aux mythes, il n’en demeure pas moins sensible aux paradigmes historiques lui permettant de poser le destin du continentlatino-américain en général et de son pays en particulier.
Nous pouvons citer comme exemple les problèmes liés à la dépendance vis-à-vis de l’extérieur ou ceux liés à la gestion du pouvoir : à travers le conflit qui oppose les ouvriers de la compagnie bananière, la United Fruit, et leur massacre, on entrevoit aisément la domination économique nord-américaine sur le Sud du continent.
Dans Cent ans desolitude et L’Automne du patriarche les allusions à la colonisation européenne, de manière générale, et espagnole en particulier, sont constantes. Le galion, découvert en pleine sierra lors du voyage de Jose Arcadio Buendia et de ses compagnons, en constitue un exemple, comme d’ailleurs l’évocation (au début du deuxième chapitre de Cent Ans de solitude) du corsaire anglais Francis Drake qui attaqua laville portuaire de Riohacha . C’est pourquoi Edouardo Tell écrit à ce sujet :
« On a parlé, à propos de son œuvre, de réalisme magique, ce qui est vrai. Mais je "crois que ce qui fait de cette œuvre très engagée et très valable une œuvre finalement très politique, c’est qu’elle décrit la situation non seulement de la Colombie, mais de tous les pays dépendants. Garcia Marquez décrit au niveau del’univers non conceptuel, cette situation de dépendance : l’isolation de Macondo ». [5]

L’auteur, dans le souci d’offrir un tableau complet de la situation de son pays pose tous les problèmes en relation avec la vie sociale et les différents groupes sociaux. Garcia Marquez représente une société sous la dépendance de l’extérieur, mais cette société en raison de sa composition très diversifiéeet des intérêts inconciliables a du mal à sortir de cette situation. En effet, la classe dirigeante, jalouse de ses prérogatives, s’appuie sur une armée aux méthodes souvent décriées, avec la complicité des puissances étrangères. La représentation de la violence politique et sociale demeure une constante chez l’écrivain. Dans La Mala hora les tracts anonymes apparus dans ce village colombien...
tracking img