Gargantua chapitre 27

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (291 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Ce disant, il mit bas son grand habit et se saisit du bâton de la croix qui était de coeur de cormier, long comme une lance, rond à plein poing et quelque peu semé defleurs de lys, toutes presque effacées. Ainsi sortit en beau sayon, mit son froc en écharpe et de son bâton de la croix donna brusquement sus les ennemis qui, sansordre ni enseigne, ni trompette ni tambourin, parmi le clos vendangeaient. (…) Il choqua donc si roidement sur eux, sans dire gare, qu’il les renversait comme porcs,frappant à tort et à travers, à la vieille escrime. Aux uns écrabouillait la cervelle, aux autres rompait bras et jambes, aux autres délochait les spondiles du col, auxautres démoullait les reins, avalait le nez, pochait les yeux, fendait les mendibules, enfonçait les dents en la gueule, écroulait les omoplates, sphacelait les grèves,dégondait les ischies, débezillait les faucilles. (…) Si aucun sauver se voulait en fuyant, à icelui faisait voler la tête en pièce par la commissure lambdoïde. Siquelqu’un grimpait à un arbre, pensant y être en sûreté, lui, de son bâton, l’empalait par le fondement. (…) Les uns mouraient sans parler, les autres parlaient sansmourir, les uns mouraient en parlant, les autres parlaient en mourant. (…) Ainsi, par sa prouesse, furent déconfits tous ceux de l’armée qui étaient entrés dedans leclos, jusqu’au nombre de treize mille six cent vingt deux, sans les femmes et petits enfants, cela s’entend toujours. Jamais Maugis l’hermite ne se porta si vaillammentavec son bourdon contre les Sarrasins, desquels il est écrit dans la geste des quatre fils Aymon, comme fit le moine à l’encontre des ennemis avec le bâton de la croix. »
tracking img