Garryss

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1529 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Chapitre 1 : Référence et utilité
Le cadre d’analyse Un consommateur : ménage ou individu (aucune précision sur le statut, juste que cette individu est rationnel, il veut un bien mai sans le voler)
Un bien va désigner un objet matériel ou un service un même objet matériel soit finalement deux biens micro différents. Cela dépend du désir de l’individu. Par exemple, selon lesconditions climatiques, un bien n’a pas la même valeur (parapluie, bottes fourrées). Selon les conditions géographiques (ex : loisirs) ou selon le temps qui s’écoule. Ce bien peut il être consommé et quel est le désir ?
Typologie de biens (façon de classer les biens par rubriques) :
Unité : On les qualifie dans l’unité qui est préférable de les utiliser. Des biens divisibles (biens qu’onpeut acheter en quantité : Kg, grammes…. Genre le sucre) ou indivisibles (genre les voitures) ?
La période : En micro, on divise le temps par périodes. Il faut définir l'unité de la période (heures, années..), définir une période qui va être adapté pour apprécier la satisfaction qu’a le consommateur (« n » périodes) ex : Pour une machine à laver 10 ans
L’espace des biens: panier de consommation va être formalisé dans deux éléments : quantité de biens 1 et quantité de biens 2 (q1 ; q2) où qi est la quantité disponible de bien i. Un panier de biens est représenté par un repère : q1 en abscisse et q2 en ordonnée. Titre « représentation des paniers de biens dans l’espace des biens ». Il faut être capable de choisir.
Les préférences
Chaqueconsommateur a des goûts. En micro on parle de préférence. Ces goûts sont propres et individuels pour chaque personne. L’économiste ne cherche par pourquoi ces goûts. Par rapport aux graphiques : B > A.
Définition L’individu est cohérent, non excentrique. C'est les sociologues qui étudient les goûts.
Hypothèses sur les préférences Complétude des préférences : toute paire depaniers peut être comparée, le consommateur peut nous dire lequel il préfère.
Réflexivité : tout panier est au moins aussi désirable qu’un panier identique. On retire tous les « caprices »
Exemple: panier A: bcp de café, peu de croissant. Panier B: bcp de croissant et peu de café. Selon la convexité, on préfère n'importe quel panier entre le A et le B. Tous les biens dépendants (clopes...)engendrent des demandes concaves et non convexes. On préfère les extrêmes. Donc on ne s'intéresse pas aux biens qui rendent dépendant.
Les courbes d’indifférence Pour un consommateur donné, une courbe d’indifférence est constituée d’une multitude de paniers de biens représentés dans l’espace des biens, chaque panier procurant le même niveau de satisfaction à celui qu’on appelle consommateur.La courbe d’indifférence ne peut être que décroissante (respecter la monotonie des préférences). La courbe de satisfaction est croissante. Ces courbes doivent être toujours parallèles entre elles. Il y a une infinité de courbes d’indifférence dont le niveau est d’autant plus élevé qu’on se déplace vers le N-E. Les courbes d’indifférences sont convexes ou concaves. On étudie les courbes convexes.{draw:frame}
Entre le panier D et le C, le consommateur préfèrera le D.
Entre le panier A et B, c'est l'indifférence.
Entre le A et le D, le consommateur préfère le D car la satisfaction va dans ce sens.
Propriétés des courbes d'indifférences:
Il y a une infinité de courbes d'indifférences dont le niveau est d'autant plus élevé qu'on s’éloigne vers le nord est.
Lescourbes d'indifférence sont parallèles entre elles. 2 courbes d'indifférence rendent compte de deux niveaux de satisfaction différente, ne se coupent pas, ce qui traduit le caractère de transitivité.
Les courbes d'indifférence sont toujours décroissantes. Cela provient de la monotonie des préférences.
Les courbes sont convexes.
Bien parfaitement substituables pour un...
tracking img