Georges-louis leclerc (1707-1788)

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2184 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Georges-Louis Leclerc, comte de Buffon, né à Montbard le 7 septembre 1707 et mort à Paris le 16 avril 1788, est un naturaliste et un écrivain français.

1. Sa Vie

Georges-Louis Leclerc est l’enfant de Jean-Baptiste Leclerc, président du grenier à sel de Montbard et d’Anne-Christine Marlin. Son père héritant, en 1717 , de la fortune accumulée par Georges-Louis Blaisot mort en 1714, achèteles propriétés de la seigneurie de Buffon.

George-Louis Leclerc naît à Montbard, en 1707. En 1726, il obtient son diplôme de droit. Son père lui permet alors de s’inscrire à la faculté de médecine où de nombreux cours traitent de botanique et de zoologie. En 1732, après avoir voyagé durant un an en Italie, Buffon s’installe à Paris. A vingt-cinq ans, le jeune homme découvre la capitale etfréquente Voltaire. Il est élu membre de l’Académie des sciences en 1734, à vingt-sept ans. Les terres familiales lui offrent le matériel expérimental nécessaire aux recherches en sylviculture qu’il entreprend.

En 1739, il présente à l’Académie deux mémoires où il expose les résultats de ses expériences et se voit offrir une place dans la section de botanique. En juillet de la même année, il obtientle poste d’intendant du Jardin du roi.
De jardin d’apothicaire, il transforme le Jardin des Plantes en centre de recherche et en musée, faisant planter des arbres de toutes origines, qu’on lui fait parvenir du monde entier. Dès lors, il se consacre tout entier à l’histoire naturelle. Profitant des ressources que lui offre le grand établissement qu’il dirige et qu’il ne cesse d’enrichir, ilentreprend de tracer le tableau de la nature entière. Excellent administrateur, propriétaire terrien et juriste de formation, il agrandira considérablement le parc, d’environ un tiers, à partir de 1771, vers l’ouest et vers la Seine, en faisant exproprier, parfois violemment, les anciens propriétaires.
Buffon gère en outre le Cabinet d’Histoire Naturelle du roi, dont il va faire la plus riche descollections d’Europe, un creuset scientifique, dont sortiront les galeries du Muséum actuel. Il l’agrandit entre 1740 et 1780, les travaux étant conduits par l’architecte Latouche. Il profite de toutes les occasions pour enrichir le cabinet, ouvert au public : dons, retours de grands voyageurs exotiques, tels que Bougainville, Pierre Sonnerat ou Joseph Dombey, acquisitions de pièces d’intérêt (il gèreadmirablement les crédits du Jardin), obtentions de collections de défunts (ainsi celle de Réaumur, que Louis XV lui accorde, alors que Réaumur désirait la céder à l’Académie des Sciences). La renommée de Buffon et de son cabinet est telle qu’à la fin de sa vie les plus grands souverains, Frédéric II de Prusse, Catherine II, les rois de Danemark et de Pologne, lui font des dons prestigieux. (LouisXV lui fait porter une caille blanche qu’il a tuée à la chasse). Et malgré les vives critiques sur l’organisation de la collection, elle remporte tous les mardi et jeudi un vif succès auprès des visiteurs, qui découvrent des curiosités dans un capharnaüm magique : de grands poissons naturalisés pendent au plafond, des reptiles séchés sont placés entre les pattes d’un immense zèbre.

Sesrelations avec les savants de son époque sont bien plus difficiles et il s’oppose souvent à eux, par exemple avec Carl von Linné, dont il conteste la méthode de classification. Il accueille avec scepticisme les travaux de Lazzaro Spallanzani ou de Charles Bonnet, car pour Buffon, les variations entre espèces sont dues à des dégénérescences.

En 1746, Buffon travaille à un traité sur la génération qu'ilincorporera plus tard aux premiers volumes de l’Histoire naturelle. Cet ouvrage, dont le premier volume parait à la fin de l’année 1749, constitue la grande œuvre de Buffon. Il comptera trente-six volumes, publiés de son vivant. Buffon y aborde l’origine du système solaire, la formation de la Terre, la fossilisation, les faunes et les flores anciennes. Cinq volumes sont consacrés aux minéraux...
tracking img