Germinal

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1367 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Germinal 

Première partie :
La citation « Souffle la chandelle, je n’ai pas besoin de voir la couleur de mes idées. » de l’ouvrage Germinal du célèbre naturaliste Émile Zola, démontre très bien ce que peuvent ressentir les ouvriers du milieu du 19e siècle face à leur misère. En disant cela, la Maheude voulait dire qu’elle n’a pas besoin d’avoir de la lumière pour voir et constater leurpauvreté. La lumière ne fait qu’en rajouter, elle ne fait que mettre encore plus l’accent sur la misère qu’ils vivent. Cela illustre leurs craintes à propos de la nourriture, s’ils en auront pour toute la famille pour le restant de la semaine. Également à propos de leur logement, qui est froid et petit pour leur grande famille qui comprend sept enfants, un grand-père et les deux parents. Cette citationpeut être vue d’une manière symbolique, en regard à la misère que vivaient de nombreux ouvriers dans les années 1850.

Les mineurs de cette époque ne demandent point un changement pour améliorer leur situation, parce que, pour la plupart, n’ont pas connu autre chose que le métier et la misère d’ouvriers. De plus, les patrons ont une forte autorité sur les travailleurs. Ils menaces les ouvriersde baisser leur salaire si leur travail n’est pas exact. Ces derniers ont une peur bleue de voir leur salaire chuter, puisque leur rémunération est assez haute pour qu’ils puissent acheter du pain pour toute la famille et payer leur logement. Si leur paye devait baisser, ils crèveront de faim. Ainsi est faite la loi d’airain ; les ouvriers du Voreux gagne assez pour ne manquer de rien. Leursalaire ne peut être plus basse, sinon tous les travailleurs périront. Mais, leur rémunération, d’après la loi d’airain encore, «[…] l’offre trop grande le fait baisser…».[1] Si les ouvriers du Voreux, qui ont peine à payer leur nourriture pour leur famille pour la semaine au complet, se font diminuer leur salaire? S’ils sont résignés à ce point face à leur situation social et financière, c’est qu’ilsont justement peur de ne plus pouvoir subvenir aux besoins de leur famille. Ils préfèrent plutôt de risquer leur vie dans ces profondeurs pour ainsi espérer avoir une pension pour leur femme, que de risquer de faire mourir de faim les membres de leur famille. Étienne Lantier, le personnage principal du roman Germinal, ne peut se résoudre à quitter le Voreux, qui appartient à la Compagnie d’Anzin,puisqu’il ne peut survivre au froid de l’hivers, sans argent pour payer sa nourriture.

La mine se nomme le Voreux, puisque c’est un lieu que l’on peut comprarer à l’enfer. Les employées descendent à plus de cinq cents cinquante-quatre mètres pour creuser le roc des profondeurs. Les mineurs y descendent dans ce qu’ils appelaient autrefois des cages. C’est comme si le trou de la mine dévorait lesouvriers à mesure qu’ils descendaient, comme si cette mine représentait une énorme bouche qui dévorait goulûment les mineurs qui s’y risquaient pour gagner leur pain.

Deuxième partie :
La citation «Que de misère! Et toutes ces filles, éreintées de fatigue, qui étaient encore assez bêtes, le soir, pour fabriquer des petits, de la chair à travail et à souffrance!» du roman d’Émile Zola illustrede façon remarquable ce que font les jeunes du coron le soir venue. L’envie des jeunes femmes et des jeunes hommes est malheureusement plus forte que la raison. Leur mentalité de la moitié du 19e siècle, c’était d’avoir le plus d’enfants pour avoir par la suite le plus de revenu possible. «[…] de la chair à travail et à souffrance!» démontre très bien que les enfants qu’ont eus les femmes du coronne sont que des personnes qui travailleront et qui souffriront de la misère de ce temps. Également, quand ces jeunes personnes se retrouvaient le soir, ils s’amusaient et pouvaient oublier leur pauvreté et la misère dans ces quelques instants de plaisir.

Les relations qu’entretiennent les hommes et les femmes sont quelques peu grotesques. Si un homme est associé à une femme, cela veut...
tracking img