Germinal

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1008 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 septembre 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
-------------------------------------------------
Germinal : portrait d’une époque, le 19e

Germinal nous offre un véritable portrait d’une époque qu’est le 19e siècle. Le roman met en évidence, le fossé existant entre les miniers et les bourgeois mais aussi la montée du socialisme et la révolution ouvrière.
Emile Zola nous plonge ici dans le monde industriel avec la poussée croissance enmatière technologique grâce aux nouvelles performances de l’époque comme par exemple la machine à vapeur. Le livre ne traite tellement de ces nouvelles performances mais plutôt de la question sociale.
La société du 19ème est basée sur un système appelé le prolétariat : ceux qui ne possèdent rien, les prolétaires doivent travailler pour ceux qui détiennent les moyens de production : les bourgeois.Les employeurs sont les décideurs unilatéral des conditions ouvrières qui comme le décris le roman, sont peu enviables.
Tout d’abord, les mineurs ont des conditions de travails difficiles et épuisantes : la mine est obscure, la température est élevée et l’air est humide.
« En haut, la température montait jusqu'à trente-cinq degrés, l'air ne circulait pas, l'étouffement à la longue devenaitmortel.(…)Il avait dû, pour voir clair, fixer sa lampe à un clou, près de sa tête; et cette lampe, qui chauffait son crâne, achevait de lui brûler le sang. »
La mine est dangereuse, les accidents de travails sont fréquents.
« Lui aussi s’arrêta, examina le boisage. Et tout d’un coup, un craquement formidable s’était fait entendre, l’éboulement avait englouti l’homme et l’enfant »
Le rapport emportesur la sécurité, les mineurs préfèrent rapporter plus de berlines au péril de leurs vies en négligeant les boisements.
Après avoir travaillé dans les galeries, les hommes ont les poumons noirs de charbons. Comme en témoigne ces paroles de Bonnemort qui a travaillé près de cinquante ans dans le fond : "C'est du charbon...j'en ai dans la carcasse de quoi me chauffer jusqu'à la fin de mesjours...j'avais ça en magasin paraît-il sans même m'en douter, bah! ça conserve."
Ils n’ont pas de quoi se nourrir sainement, la famine règne. Les familles vivent à crédit afin de pouvoir se nourrir…
« Le buffet était bien vide : rien, pas une croûte, pas un fond de provision, pas un os à ronger »
«… faut bien que nous mangions du pain d’ici à samedi… Bien sûr, nous vous devons soixante francs depuisdeux ans. »
Les familles sont nombreuses car, plus il y a d’enfants, plus il y a de l’argent : le travail des enfants n’était pas encore abolit.
« Et puis, quand ca grandissait, ça rapportait, ça faisait aller la maison. Ainsi, chez eux, ils auraient vécu, s’ils n’avaient pas eu (…) dans le tas, deux de ses garçons et sa fille aînée seulement avaient l’âge de descendre à la fosse. Fallait quandmême nourrir les petits qui ne fichaient rien »
Certains mineurs nourrissent des pensées révolutionnaires et aspirent à un juste équilibre entre les classes. « Mais Etienne s’enflammait. Toute une prédisposition de révolte le jetait à la lutte du travail contre le capital, dans les illusions premières de son ignorance. C’était de l’Assemblée internationale des travailleurs qu’il s’agissait (…).Plus de frontière, les travailleurs du monde entiers se levant, s’unissant, pour assurer à l’ouvrier le pain qu’il gagne. »
Ces pensées qui mènent à la révolte des ouvriers contre leurs patrons. Les mineurs procèdent à des arrêts de travails. « Au Voreux, un lourd silence pesait sur le carreau. C’était l’usine morte, ce vide et cet abandon des grands chantiers, où dort le travail »
Il arrive quel’employé soit payé en nature : le truck système.

A l’opposé, il y a les bourgeois biens lotis et bénéficiant d’un certain luxe.
« …en meublant à son goût le petit hôtel de la Direction. (…) Elle l’emplit de tapisseries, de bibelots, de tout un luxe d’art, dont on parla jusqu’à Lille. »

Ils ont de la nourriture en abondance et des domestiques.
« Une charlotte de pommes meringuée fut...