Gestion aprés guerre d'irak

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1402 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 mars 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Les Etats Unis après la guerre froide ont atteint une suprématie telle qu’ils veillent désormais à ce qu’aucune puissance ne la remette en cause. Ils s’engagent à dénoncer les violations des droits fondamentaux de l’Homme partout où ceux-ci ne sont pas appliqués et parallèlement à cela, à combattre le terrorisme qui a frappé les américains le 11 Septembre 2001. En effet, les Etats-Unis nepeuvent plus se permettre désormais de rester inactif, d’attendre avec certitude qu’un événement se produise. C’est pour cela qu’ils décident d’attaquer l’Irak avec pour objectif premier un changement de régime. Cet objectif purement militaire a été rempli mais la phase politique qui est finalement l’instauration d’une démocratie peine à s’installer mais selon Bush, la nation irakienne est capable deprogresser vers la démocratie, de vivre en paix… Sur les faits, il n’en est rien car une véritable guerre civile a éclaté depuis le renversement du dictateur dans le pays provoquant une très grande fragmentation de cette société. En effet, on parle même de plusieurs guerres civiles avec les conflits Intercommunautaires, les conflits ethniques mais aussi et surtout les conflits intracommunautairesconcernant soit les chiites, soit les sunnites. Sous une forte pression des américains, un gouvernement de rassemblement en Mai 2006 avec pour président chiite Nouri Al-Maliki a été instauré mais n’a aucune légitimité vis-à-vis de la population qui continue à se déchirer. Le bilan humain ne cesse de s’agrandir avec des meurtres perpétrés quotidiennement dans Bagdad, sous prétextes que les victimesne sont pas de la même confession que d’autres. Les conditions de vie sont également déplorables avec des coupures d’eau et d’électricité à répétition et un seuil de pauvreté extrême qui ne cesse de rayonner davantage sur la population irakienne.
Plusieurs actions sont menées afin de réduire cette violence qui mène le pays à l’hécatombe notamment en créant une alliance dite « Sahwa » quirejette les méthodes employés par Al-Qaïda ainsi que leurs objectifs. La Sawha est majoritairement sunnite et représente 80 000 combattants. Cette force crédible n’est pas la solution à elle seule pour supprimer cette violence mais y contribue très fortement. Aussi, les américains ont décidé également d’adopter un nouveau plan de sécurité ayant pour but d’ « imposer la loi ». Les forces de sécuritésirakiennes arrêtent de cette façon de nombreux responsable de la milice de Moqtada Al-Sadr, milice jouant un rôle centrale dans la guerre civile irakienne. Néanmoins, cette milice est toujours armée et présente malgré les combats passés contre l’armée irakienne. Cette milice est également en plus d’être une force « pseudo-militaire », une force politique avec toutes les influences qui peuvent endécouler. La violence est toujours présente en Irak avec de temps à autre des attaques d’Al quaïda contre des civils, ce qui montre que la sécurité est fragile. C’est pour cela que le gouvernement doit s’intéresser à sa population en développant des services publics mais aussi en redistribuant du pouvoir au niveau local. Les futurs élus du pays devront se pencher sur plusieurs questions trèsimportantes notamment comment distribuer le pouvoir et comment répartir le pétrole. Sans cela, la guerre ne terminera jamais et la stabilité politique n’aura pas lieu.
Les Etats-Unis en s’engageant en Irak ont certes ébranlés la politique de ce pays mais aussi la politique international qui a pris une énorme claque. On parle même de mutation profonde de l’ordre international. Cet ordre a été crée par lesNations Unies et son principal thème est l’interdiction du recours à la force. Or, les américains ont fait abstractions de cela lorsqu’ils ont décidés d’attaquer l’Irak. Ils ont également renoncé avec les britanniques à solliciter le vote du Conseil de sécurité de l’ONU nécessaire à l’intervention d’une force. Qu’en est-il alors de la Charte des Nations Unies, est ce qu’elle est encore crédible...