Gestion de portefeuille

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1947 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
HOUET Gaëtan- LEJEUNE David- LIENART Sophie Juin 2008

LSMS 2016- ACTIVE PORTFOLIO MANAGEMENT- Case Study

Aerer le texte
EQUITY ATTRIBUTION

Il s’agit ici de déterminer quelles stratégies actives prises par le gestionnaire de portefeuille sont responsables de l’excess return d’un portefeuille d’actions par rapport à un benchmark.Collecte des données

Le mois choisi pour l’analyse est le mois de mars 2008.
Le benchmark suivi, disponible sur www.euronext.com, est l’Euronext 100, composé des 100 plus grandes capitalisations boursières cotées sur les marchés de Bruxelles, Lisbonne, Londres et Amsterdam. Il est composé de 10 secteurs[1].
Cet indice a servi de base à la construction de notre portefeuille d’actions.Méthode

Si le gestionnaire se contente de répliquer l’index, il adopte une stratégie passive.
Ce qui nous intéresse ici est de voir comment les stratégies actives que sont la Sector Allocation et le Stock Picking peuvent contribuer efficacement à battre le benchmark choisi, à améliorer le return du portefeuille.

• La Sector Allocation consiste à sur- ou sous- pondérer certains secteurs dans lebenchmark et ce, tant par rapport aux prévisions des performances futures de ces secteurs que de l’aversion au risque du détenteur du portefeuille.
• Le Stock Picking aussi appelé Stock Selection, consiste à sur- ou sous-pondérer certaines actions dans le benchmark, au sein de certains secteurs.

Le modèle de Brinson, un modèle d’attribution (avec Interaction Effect ici), rend compte trèsclairement de l’excédent de return par rapport au benchmark et permet de déterminer précisément son origine. Cet excédent est composé des returns additionnels provenant des deux stratégies actives pures, ainsi que de l’interaction effect, qui est une combinaison des deux stratégies sus-citées.

Calculs (mars 2008)

STRATEGIE PASSIVE

• Le return mensuel total duBenchmark : - 0,556 %[2] Formule : [pic]
➢ avec [pic] = [pic] , c’est-à-dire la part de la capitalisation boursière du titre dans la capitalisation boursière totale du benchmark, en % ([pic] étant le volume mensuel moyen d’actions détenues par l’entreprise i et[pic], le prix mensuel moyen du titre)[3] ;

➢ avec [pic] = [pic] en % ([pic]et [pic] étant les cours du titre au début et à lafin du mois) ;
STRATEGIES ACTIVES
• Sector Allocation (SA):

Compte tenu de la rentabilité mensuelle sectorielle[4] respectivement bonne ou moins bonne, nous avons décidé de surpondérer (en vert) les secteurs Financials et Basic materials et de sous pondérer (en rouge) les 4 derniers secteurs (voir ci-dessous)[5].
[pic]

La contribution de cette stratégie active à l’excess return duportefeuille est de 0,763 %.
Ce résultat est donné par la formule : [pic] (avec[pic], le poids du secteur j, dans le portefeuille (port) ou dans le benchmark (bench), et[pic], le return du secteur j dans l’indice).

• Stock Picking (SP):

Compte tenu d’une part de [pic] positif ou négatif et d’autre part de l’importance de[pic], nous avons fait varier plusieurs titres à la hausse ou à la baisse, dans9 secteurs différents[6].

[pic]

A titre d’exemple pour la première ligne, nous avons fait varier de +3 % le titre Akzo Nobel (AKZA), appartenant au secteur des Basic materials. Son [pic] = 5,02 %, son poids dans ce secteur,[pic]= 22,06 % passe à 25,06 %. La rentabilité mensuelle sectorielle passe alors de 3,24 % (benchmark) à 3,43 % (portefeuille).

Au total, la contribution de cettestratégie active à l’excess return du portefeuille est de 2,252 %.
Ce résultat est donné par la formule : [pic] (avec[pic], le return du secteur j, dans le portefeuille (port) ou dans le benchmark (bench), et [pic] le poids du secteur j dans l’indice).

• L’Interaction Effect (IE) = - 0,098 % Formule : [pic]

Si le secteur des Financials a positivement contribué à l’IE,...
tracking img