Gestion production

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 20 (4888 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Exposé en Gestion de production
Sur

LE CONTROLE DE LA QUALITE
et les techniques statistiques

Plan

Introduction

Les exigences préalables au contrôle statistique

1) Le service contrôle de la qualité
2) Le contrôle de réception
3) Le contrôle en cours de fabrication
4) Le contrôle final

Les bases du contrôle statistique

5) Ladistribution Normale
6) Le défaut et le défectueux

Les techniques de contrôle de la qualité d’un système de production

7) L’inspection à 100%
8) L’échantillonnage

Conclusion

Introduction

La qualité était dès les temps lointains, le synonyme du travail bien fait ou encore l’excellence dans les différents domaines surtout la création artistique .Dans ces temps làl’Homme cherchait en permanence la qualité basée sur les vertus du beau, du bien et du vrai.
La révolution industrielle ne remet pas en cause cette acceptation. Le taylorisme met essentiellement l’accent sur la productivité. « l’organisation scientifique du travail » crée la partition des tâches. L’homme qui conçoit s’enferme dans un bureau d’études qui devient peu à peu une forteresseinexpugnable. L’homme de la production, mis au service de la machine, devient le principal responsable de la qualité. La qualité est alors le synonyme de « conformité à une décision ». Pour éviter de livrer à une clientèle de plus en plus exigeante trop de produits défectueux, on a introduit la notion de «  contrôle de la qualité » des produits et services offerts par les entreprises. Le contrôle de laqualité est donc le processus qui vise à garantir que le niveau de qualité défini par un fabriquant pour un bien ou un service donné est bien respecté. Avoir pris les pas sur L’engouement suscité dans les années 1980 pour la gestion de la qualité a eu pour effet de placer la qualité aux tous premiers rangs des priorités des entreprises, mais les impératifs de réduction des coûts semblent pourl’instant ces préoccupations.
La gestion de l’entreprise a depuis un trentaine d’années intégré la recherche de qualité au sein même du cycle de production. Les premières entreprises à avoir mis en place les méthodes de gestion de la qualité sont les entreprises nippones sur les conseils de Edwards Deming, consultant américain, et J.M. Juran. Ils ont été les promoteurs de la gestion de la qualité,rendues indispensables par le fait que « le consommateur constitue l’élément clé de la chaîne de production ». Juran a en particulier attiré l’attention sur la nécessité d’établir des normes de qualité, de repérer les occasions susceptibles de permettre des améliorations et d’accomplir les changements qui contribueront à les atteindre, c’est-à-dire d’appliquer les quatre étapes de tout cycle de gestionà la qualité : planification, exécution, évaluation, action corrective. Il a aussi mis l’accent sur l’importance de la formation et de l’information du personnel, dont l’instrument privilégié est le cercle de qualité qui réunit un petit nombre de travailleurs volontaires pour effectuer des activités de gestion de la qualité.
La notion de qualité peut aussi concerner un marché dans sonensemble. Des normes impératives peuvent être édictées par la loi : c’est par exemple le cas des normes de sécurité des jouets ou de la pollution tolérée pour les gaz d’échappement émis par les véhicules automobiles. Certains organismes privés comme l’Association française de normalisation (AFNOR) ou le Comité européen de normalisation (CEN) sont chargés de l’élaboration détaillée des normes et del’attribution de certificats de qualification. La marque CE attribuée par le CEN assure au producteur de pouvoir vendre son produit dans tous les pays de la communauté, car son attribution suppose que les exigences essentielles de sécurité et de respect de la santé sont remplies.

Les exigences préalables au contrôle statistique

Un produit ne peut être jugé de qualité que s’il répond...
tracking img