Gestion sans budget

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 43 (10725 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
COMMENT PEUT-ON GERER SANS BUDGET ?

Nicolas Berland Maître de conférences Pesor Faculté Jean Monnet (Université Paris-Sud) 54, Bd Desgranges 92330 Sceaux Cedex nicolas.berland@free.fr

Résumé Comment peut-on gérer sans budget ? La remise en cause du processus budgétaire s’est intensifiée ces dernières années et a parfois conduit à la suppression du budget. Les premiers cas d’entreprisegérant sans budget peuvent être maintenant analysés afin de mieux comprendre les enjeux et le degré de nouveauté des pratiques à l’œuvre. Au travers du cas d’une entreprise, nous proposons dans cet article, de faire ressortir les caractéristiques essentielles de « sa » gestion sans budget.

Abstract How can one manage without a budget ? The budget process has been a subject of debate for many yearsand in some companies this has implied the suppression of budgetary control. The first examples of companies managing without budgets can now be studied in order to understand how new these ways of managing are. We’re presenting in this paper a case study to explain some characteristics of the “beyond budgeting” process.

Keywords : budgetary control, CAM-I, strategic Mots clés : contrôlebudgétaire, budget, pilotage, management stratégique, CAM-I. management, budgets, management control.

1

Introduction
Le contrôle budgétaire est apparu au début du vingtième siècle à peu près simultanément aux Etats-Unis, en France et en Grande-Bretagne (Berland et al., 2001). Il connaît une première vague de diffusion importante dans notre pays à partir de 1930, mais il faut attendre les annéessoixante pour qu’il devienne incontournable et synonyme de bonne gestion1. C’est en effet l’exemple américain, au travers des missions de productivité et de l’arrivée des grands cabinets de conseil internationaux, qui contribue à institutionnaliser cette pratique. Soixante années d’effort ont donc été nécessaires pour imposer le contrôle budgétaire en France, période au cours de laquelle cet outil degestion a été testé, critiqué et amendé. Sa légitimité s’est construite dans la durée. C’est ainsi qu’en 1994, presque toutes les entreprises préparaient un budget annuel. C’est du moins ce qui ressort d’une enquête menée pour le compte de KPMG et de l’Association Nationale des Directeurs Financiers et des Contrôleurs de Gestion (DFCG), auprès des directeurs financiers de 595 entreprises (IFOP,1994). La remise en cause des budgets et leur disparition ne sont donc pas des phénomènes d’importance mineure au regard de l’histoire du contrôle budgétaire et de sa pratique. Le titre de l’enquête de la DFCG ne peut alors manquer de surprendre : « Faut-il tuer le budget ? ». De nombreux reproches ont été exprimés depuis longtemps à l’encontre du contrôle budgétaire par les praticiens et lesthéoriciens. Ils concernaient, tout à la fois, la capacité à faire des prévisions justes et pertinentes, la possibilité de réaliser un contrôle objectif et équitable ou portaient encore sur les conflits entre rôles attribués au contrôle budgétaire (Barret et Fraser, 1977). Pyhrr (1973), avec le budget base zéro (BBZ), montrait également que les organisations avaient du mal à évoluer autrement qu’à lamarge par rapport au budget antérieur. Il fallait, selon cet auteur, tout remettre à plat afin de gérer l’entreprise sur de nouvelles bases pour espérer briser la routine d’un processus de plus en plus bureaucratique. Trop lourde à mettre en place, la méthode du BBZ semble avoir fait long feu. L’idée de se débarrasser du budget est apparue au début des années 1990 et le Cam-I (1999a et 1999b) en afait, ces dernières années, l’un des ses thèmes de réflexion les plus actifs. Si les critiques sont nombreuses, les idées d’amélioration du processus budgétaire progressent lentement. Outre le BBZ, l’Activity-Based Budgeting (ABB), dernier avatar de l’ABC, fait une timide apparition dans la littérature (Antos et Brimson, 1999). Mais on sait peu de chose de sa réelle diffusion et de son...
tracking img