Gestion sociale

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 18 (4341 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Gestion Sociale

Peut-on manager avec bienveillance pour faire face aux risques psychosociaux ?

Nous allons nous focaliser sur le secteur public plus précisément sur la fonction publique territoriale qui est en pleine mutation.

1) L’évolution de la fonction publique territoriale

- gel des dotations engendre une refonte de la gouvernance
- baisse des droits de mutation (engendrée parla crise économique) oblige une réduction des dépenses et donc baisse des dépenses de fonctionnement (moins d’agent pour effectuer le même travail). On tend à la mutualisation.
- RGPP impacte le paysage public et demande une réorganisation communale, on tend à l’intercommunalité.
- L’arrivée du conseiller territorial oblige une clarté sur les compétences de chacun.
- Nécessité de ne pasaugmenter la pression fiscale, oblige une priorisation des choix municipaux.

Tous ces éléments modifient la façon de manager dans les collectivités. On se rapproche du management de l’entreprise, bien que la collectivité offre un service public, mesuré par la satisfaction des usagers (qualitatif) et n’a pas comme seul critère de choix la rentabilité. Elle joue un véritable rôle social, notamment enembauchant celles et ceux qui n’arrivent pas intégrer le secteur privé, mais cela est de plus en plus complexe à l’heure où on demande un rendement proche du privé ? Doit-elle encore jouer ce rôle social, d’amortisseur de crise ? Ou n’est ce plus une priorité et doit elle se contenter d’effectuer une gestion des dossiers courants ?
On peut également se demander si l’intercommunalité ne permettraitpas de rationnaliser les moyens et de permettre un service public de qualité en évitant les doublons mais en réduisant le nombre de postes ?

L’arrivée de la crise financière aux Etats-Unis durant l’été 2007, a impacté l’ensemble de la planète par le mécanisme de titrisation. Cela consiste à transformer une dette en titre de créance négociable.
Ce mécanisme à diffuser ces créances toxiques àl’ensemble des économies et a donc touché l’ensemble des contribuables.
Les Etats ont du intervenir pour sauver le système bancaire et par conséquent l’épargne des particuliers.
Au-delà du sauvetage bancaire, cette crise a impacté fortement le budget de l’Etat français, celui-ci connaissait déjà une dette publique importante, qui a été accentuée par la crise.
Cette crise financière en devenant unecrise économique a touché l’ensemble des français.
La croissance a été ralentie, devenant même négative, le chômage a explosé et les conditions sociales se sont fortement détériorées.
Cette croissance devenant négative n’a pas engendré les ressources escomptées par l’Etat, il a donc fallu revoir le budget et réduire certaines dépenses car le gouvernement a fait le choix de ne pas augmenter lapression fiscale sur les ménages.

La forte dette publique française accentuée par la crise est donc le point de départ de fortes réductions des dépenses publiques.
Et dans ces dépenses publiques, il y a donc les dotations versées aux collectivités pour assurer leurs missions de service public.
Ces dotations financières vont être gelées à partir de l’année 2011 et pour une durée de trois ans.Les collectivités se retrouvent alors dans une situation très délicate car leurs dépenses ne cessent d’augmenter du fait du désengagement de l’état dans certains domaines.
Cela va obliger les collectivités à gérer différemment leurs dépenses, en réduisant notamment les dépenses de fonctionnement.
Le personnel communal va donc être impacté, on va leur demander de faire plus qu’avant pour gagnerautant. (Le travailler plus pour gagner autant).
Le rythme de travail va donc s’accélérer et le management va évoluer vers une notion plus proche de la rentabilité que du service public de proximité.
Pourtant ces deux notions ne sont pas antinomiques, elles peuvent coexister.
Un service public de proximité de qualité ne veut pas dire des dépenses à outrance, mais il faut une base minimale...
tracking img