Ggggggggg

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1856 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Actuellement, le secteur des assurances au Maroc connaît de profondes mutations et se trouve ainsi confronté à de grands et importants défis (libéralisation, concentration, assurance maladie obligatoire, bancassurance...) qui vont certainement affecter le processus de sa croissance, des défis qui une fois relevés, le secteur sortira certainement plus solide et plus apte à mener à bien saprincipale mission, qui est celle de permettre à l'économie marocaine à mieux s'adapter aux exigences internationale.
Conscient de l'importance sociale et économique du secteur des assurances, l'Etat, dans la perspective de protéger les intérêts des assurés et vu l'importance du rôle joué par les fonds des entreprises d'assurances comme source de l'épargne nationale et principale source de financement deses investissements, est intervenu dans ce secteur non seulement pour l'organiser mais pour le protéger contre toute anarchie et pour le redresser le cas échéant, les dispositions arrêtées dans le cadre de la politique industrielle permettant de penser que l'on s'oriente davantage vers une nouvelle manière d'aborder tels problèmes.
Si, dans une première approche, on conçoit la politiqueindustrielle comme un "ensemble des relations entre l'Etat et les entreprises", on ne doit pas s'étonner que l'existence d'un tel "interventionnisme" ait déjà pu soulever des questions, surtout dans l'esprit des chantres d'un libéralisme parfait ou le rôle de l'Etat serait réduit au minimum. En fait, les arguments économiques en faveur d'une telle intervention ne cessent de se multiplier, dont l'intérêtvoire l'impératif de définir une politique industrielle dont les fondements en "théorie" sont en relation plus ou moins étroite avec les analyses théoriques portant sur l'opportunité d'une intervention des pouvoirs publics et auxquelles correspondent trois grandes familles de politiques industrielle :
La première attitude est celle de ceux qui restent opposés à la mise en place d'une telle action: le meilleur choix de politique industrielle est de ne pas en avoir, de sorte que toute intervention de l'Etat, surtout en période de crise, ne peut qu'accroître les rigidités et retarder l'heure de la reprise, en inspirant aujourd'hui la mise en place de "politique globale d'ajustement" des firmes aux conditions économiques changeantes.
La deuxième attitude est celle adoptée par ceux quimilitent en faveur de l'intervention des pouvoirs publics pour atteindre des projets précis. Il s'agit de mettre en place des "politiques fonctionnelles" qui, au-delà d'une simple politique d'ajustement, assurent la défense ou la promotion d'activités, sans toutefois s'engager dans une gestion globale du système.
La troisième attitude correspond à celle des partisans déclarés d'une politiqueindustrielle comme moyen privilégié d'organisation du système productif. Il s'agit cette fois de mettre en place des "politiques structurelles", en ce sens qu'on désire agir directement sur les structures du système industriel et même sur les comportements des agents, de la même façon qu'on prétend assurer un pilotage général du développement de l'appareil productif.
L'industrie des assurances à la foisse mondialise et se segmente. La protection sociale face au vieillissement de la population représente un enjeu de taille pour la plupart des pays et exige la mise en place de systèmes nouveaux et adaptés.
Au Maroc, cette industrie qui a entrepris ces dernières années tout un processus de redressement et d'assainissement, s'apprête à connaître de profondes mutations liées essentiellement àl'ouverture du marché.
Désormais, avec l'échéance de la libéralisation, les compagnies d'assurances se trouvent confrontées à de nouveaux challenges pour conquérir un marché fortement potentiel et résister aux coups de la concurrence internationale. Pour y parvenir, la politique industrielle, lien privilégié entre les entreprises et les pouvoirs publics, est appelée à entrer dans une nouvelle phase...
tracking img