Ghfhg

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 89 (22118 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
ÉDUCATION

La réduction des inégalités sociales devant l’école depuis le début du siècle
Claude Thélot et Louis-André Vallet*

L ’instruction obligatoire, la généralisation de l’enseignement secondaire, et enfin l’ouverture de l’enseignement supérieur illustrent la volonté de rendre accessible la formation scolaire et universitaire à des milieux auxquels elle était autrefois fermée et deréduire les inégalités sociales devant l’école. Apprécier la réalisation de cet objectif revient à mesurer la part respective des trois facteurs de l’évolution de la destinée scolaire des jeunes en fonction de leur origine sociale : la mutation de la structure sociale, l’allongement général de la scolarisation, et la modification du lien entre milieu d’origine et diplôme. L ’analyse de la destinéescolaire selon l’origine sociale, pour les générations nées entre 1908 et 1972, permet de préciser le rôle de ces facteurs depuis près d’un siècle, ainsi que leur importance relative. L’allongement général des études est le facteur principal de l’évolution : il explique les trois quarts de la différence des destinées scolaires selon l’origine sociale, entre les générations extrêmes. Au-delà de ceteffet, une démocratisation qualitative n’en a pas moins un impact appréciable : l’affaiblissement du lien entre origine sociale et diplôme est responsable d’un septième environ de l’écart. C’est dans les années 50 et 60, puis tout récemment, que cette démocratisation a joué à plein. Elle s’est davantage exercée au profit des filles que des garçons. Le lien entre origine culturelle et diplôme s’estlui aussi affaibli, mais à un rythme plus lent que le lien entre origine sociale et diplôme. Au total, les inégalités sociales devant l’école demeurent aujourd’hui fortes. Elles ont cependant diminué depuis quelques décennies, non seulement du fait de l’allongement général des études, mais aussi au-delà, de façon qualitative.
* Claude Thélot est conseiller maître à la Cour des comptes etLouis-André Vallet est chargé de recherche au Laboratoire d’analyse secondaire et des méthodes appliquées à la sociologie – Institut du longitudinal (CNRS). Tous deux sont aussi membres associés du Laboratoire de sociologie quantitative (Crest – Insee). Les noms et dates entre parenthèses renvoient à la bibliographie en fin d’article.

ÉCONOMIE ET STATISTIQUE N° 334, 2000 - 4

3

L

’école atoujours joué dans notre pays un rôle central. Même lorsqu’elle était fréquentée par peu d’enfants, ou peu longtemps, même lorsqu’elle était constituée en filières. À plus forte raison aujourd’hui qu’elle est devenue l’école de masse : instruction obligatoire jusqu’à 13 ans (il y a 120 ans), jusqu’à 16 ans (il y a 40 ans), collège unique (il y a 25 ans), lycée de masse (il y a 12 ans), enseignementsupérieur de masse, désormais la durée moyenne de scolarisation (y compris préélémentaire) est de 19 ans, et le rôle structurant de l’école, sa fonction de creuset pour toute une génération se sont de fait accrus. D’où un intérêt, accru lui aussi, pour les inégalités devant le système scolaire, inégalités de toutes natures, et, en particulier, géographiques, entre garçons et filles, entre classessociales. Réussir l’école de masse, confier à l’école, jusqu’à l’excès, la plupart des fonctions de formation, d’éducation et de socialisation supposent que les inégalités devant l’école ne soient pas trop grandes. L’égalité des chances devant l’école est une exigence, ou une ambition, assez récente : elle ne date guère que de la Seconde Guerre mondiale, ou même de l’entrée dans la société deconsommation, c’est-à-dire du début des années 60. Auparavant, le système scolaire… n’était pas un système : il y avait, assez séparées, même si elles étaient socialement moins étanches que ce qu’on a souvent dit, deux filières : la filière primaire (école communale, puis, éventuellement, certificat d’études primaires, primaire supérieur, brevet, brevet supérieur), la filière secondaire (petite classe...
tracking img