Gilbert et georges

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1128 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Gilbert & Georges. Jack Freak Pictures


Une sélection de quatre-vingt cinq pièces de la série la plus récente du couple d'artistes londonien est exposée actuellement au musée BOZAR de Bruxelles. Quarante ans de recherche aboutissent sur ce travail qui est considéré par certains critiques d'art comme le plus fin philosophiquement, et le plus violent visuellement. Jack Freak Pictures est unesynthèse de leur oeuvre, une affirmation des thèmes et des émotions qu'ils explorent depuis ces quarante ans: la vie en milieu urbain dans ce qu'elle a de sensible et d'impitoyable, la discrimination et les rapports entre les classes, la sexualité normative, la mort, la religion,... Des thèmes qui concernent tout le monde, ce qui souligne leur slogan « l'art pour tous ».
La critique de cesdifférent champs sociaux est ici enveloppée par l'Union Jack, drapeau chargé d'histoire et de symboles, servant de lien entre les montages kaléidoscopique gigantesques des deux artistes. Comme autres éléments issus de la culture populaire, les médailles et les décorations honorifiques se retrouvent aussi régulièrement. Et enfin, bien sûr, au centre de ces assemblages patriotiques et commémoratifs,apparaissent Gilbert & Georges, comme à leur habitude en deux penseurs à contre-courant, parfois plein de fierté et de louange, ou habité d'appréhension et d'anxiété face à ce drapeau anglais qui les entoure et parfois les habille.

Cette série redondante d'énormes formats faisant penser à des vitraux d'églises de films de science-fiction me laisse sincèrement perplexe. Gilbert et Georges veulent-il,pour je ne sais quelle raison, provoquer un sentiment de malaise et de saturation chez leur public par leur systématisme? Quoi qu'il en soit je trouve dommage d'étouffer le sens de leurs oeuvres, qui est déjà difficile à décrypter au travers du langage codifiés qu'ils se sont créé, par une telle répétition indigeste de couleurs et de formes. Les oeuvres elles même, et leur symboles, leur sens,leur impact, me paraissent s'effacer et se brouiller par leur association , cette série étant pourtant un ensemble. Bien entendu, cet avis est très subjectif car esthétiquement ça n'est pas du tout le type d'oeuvres, dans sa finalité, qui me touche et qui m'intéresse. j'ai sincèrement essayé mais je me suis assez rapidement refermé à la forme de ce travail qui me semble, outre son côtéimpressionnant, ne pas faire honneur aux recherches qui l'engendrent.

Car bien plus que cet aboutissement de quarante années d'expérimentation, c'est justement tout le processus de travail qui m'a fasciné. Cet état de recherche perpétuelle qui fait office de mode de vie pour les deux artistes. Ils s'appuient sur une organisation très précise et rigoureuse, répertoriant durant des années des élémentsphotographiés par leur soin pouvant servir de symbole dans leur collages numériques futurs, élaborant ceux-ci par de nombreux dessins préparatoires et tableaux d'assemblages très précis. Leur organisation est telle qu'il peuvent se permettre de travailler sur plusieurs oeuvres en même temps.
La réalisation de l'accrochage de leurs expositions n'est pas non plus considéré à la légère: pour chacun desmusées dont les murs attendent leurs oeuvres, ils fabriquent des maquettes de chaque pièces et ont des copies miniatures de leurs séries pour préparer leur agencement aux bonnes proportions.
De cette manière Gilbert et Georges adaptent leurs séries et le nombre d'oeuvres qu'elle va présenter en fonction des salles qui les accueillent.
Le musée BOZAR n'y a pas échappé. Malgré l'avis que j'ai de lasérie jack freak pictures ou des montages numériques du couple en général, il y a une réelle volonté de leur part de rendre l'ensemble cohérent, de ne pas se laisser surprendre par le lieu d'exposition et le dominer. On se retrouve ainsi submergé par leurs photo-montages, obligé d'entrer dans leur univers quel que soit l'effet qu'il produise sur nous. Si je ne peux pas leur enlever l'intention...
tracking img