Glaucome

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1034 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 juin 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
Un nouveau gène dans le glaucomelequotidiendumedecin.fr 18/02/2011
  Imprimer  Envoyer par email
 
Une équipe de l’université de Floride (Rachel et John Kuchtey, institut de la vision de Vanderbilt) annonce la découverte d’un nouveau gène impliqué dans le glaucome primitif à angle ouvert. On en connaissait déjà trois, mais ils étaient impliqués dans un petit nombre de cas seulement.
Il y aquarante ans, Kirk Gelatt (collège de médecine vétérinaire) avait découvert une incidence élevée du glaucome dans une portée de chiens Beagles. Ce qui l’a conduit à établir une colonie de ces chiens pour la recherche de traitements.
Chez les chiens atteints, la pression oculaire commence à monter vers 8-16 mois. La maladie évolue comme celle de l’homme. Les Beagles sont les seuls animaux àdévelopper naturellement un glaucome.
En étudiant des chiens atteints, les chercheurs de Vanderbilt ont centré leurs recherches sur un locus situé sur le chromosome 20 (qui ressemble au chromosome 19 de l’homme). Le séquençage de ce locus leur a permis d’identifier un gène, appelé ADAMTS10 ; les chiens atteints de glaucome ont une mutation ponctuelle sur ce gène.
Les chercheurs sont en train d’étudierles fonctions biologiques normales de ce gène. De plus, des travaux sont en cours chez l’homme pour voir s’il est muté dans le glaucome humain.

Site pour la dmla :http://www.jbhsante.com/uploads/RO%20136.pdf

Version PDF
Imprimer
Envoyer à un amis
Augmenter la police
Diminuer la police
Le gène PPAR-γ comme cible thérapeutique dans la rétinopathie diabétique zoom
Parmi lescomplications microvasculaires du diabète sucré, la rétinopathie diabétique touche la plupart des diabétiques de type I et près de 60 % des diabétiques de type II et représente une des principales causes de cécité acquise chez l’adulte. Les modifications physiologiques et biochimiques au niveau de la rétine précèdent de plusieurs années l’apparition des signes cliniques, dont la sévérité varie selon lespatients.
Plusieurs phénomènes impliqués dans la pathogenèse des complications micro- et macrovasculaires du diabète sucré ont pu être élucidés au cours des dernières années : la glycation des produits terminaux, le stress oxydant, l’angiogenèse et l’inflammation chronique. Dans le cas de la rétinopathie, l’importance de l’inflammation chronique et de la neurodégénération a été clairement démontrée.Des études biochimiques, génétiques et fonctionnelles ont mis en évidence le rôle clé du Peroxisome Proliferator-Activated Receptor-gamma (PPAR-γ) dans la pathogenèse de rétinopathie diabétique. Cette protéine est un récepteur nucléaire qui agit comme un facteur de transcription pléiotrope, dont l’activité transcriptionnelle peut être modulée soit par des changements de conformation, soit parsa liaison à différents ligands. L’influence de PPAR-γ sur le métabolisme du glucose, sur l’angiogenèse, sur le processus inflammatoire et sur l’apoptose des cellules rétiniennes et endothéliales a ainsi été établie. De même, des variants nucléotidiques ont été mis en évidence au sein du gène PPAR-γ chez les sujets diabétiques, présentant ou non des signes cliniques de rétinopathie.
L’ensemble deces résultats montre que le gène PPAR-γ est une cible très intéressante dans le cadre du traitement de la rétinopathie diabétique. L’utilisation de ligands de PPAR-γ permet de moduler l’action de PPAR-γ dans le développement de la rétinopathie. De tels ligands sont extraits à partir de plantes médicinales. Ils pourraient être utilisés dans la prévention et le traitement, en association avec lestraitements classiques, de la rétinopathie diabétique. Cependant, la sécurité et l’efficacité de ces molécules restent à évaluer par des essais pré-cliniques et cliniques.
Notion a cataracte acquise :
D’origine téUne origine moléculaire suspectée de la cataracte [modifier]
L'origine moléculaire a été récemment découverte, pour un patient, grâce à l'examen de la membrane du cristallin par...
tracking img