Gncac stio

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (771 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 août 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
L’ineffable P.E. Mampouya, ci-devant garde des sceaux du gouvernement de la diaspora[1], vient une fois de plus de sévir en envoyant à son énorme base d’adresses un torchon anonyme risquant demettre en difficultés deux sociétés de sous-traitance pétrolière bien connues sur la place.

Quand, lors de la vague de dénationalisations de la fin des années 80, l’Etat met en vente GNCAC[2],l’entreprise est au bord du dépôt de bilan. Jean-Paul Belfils et un associé congolais[3], occulte mais dont le nom est tout de même cité dans le texte produit sur le net, s’en portent acquéreurs pour un francsymbolique.

En quelques années les deux hommes vont faire de GNCAC une société florissante au capital de 500 millions de FCFA avec un effectif de 350 personnes.

Il est bien rare qu’onacquière une entreprise pour ne pas la développer, mais d’après le texte en ligne, GNCAC serait une entreprise totalement incompétente qui ne doit son essor qu’à son pool de sous traitants qu’elleescroquerait, à ses accointances avec le pouvoir qui lui fait obtenir des contrats par complaisance et par la corruption active qu’elle pratiquerait à grande échelle.

Le contentieux

En Juillet 2008,GNCAC se voit attribuer par ENI-Congo un contrat important pour remplacer un pipe line. A la requête d’ENI, l’attributaire sous-traite les travaux, à STIO (Société de Tuyauterie Industrielle etOuvrages)[4]. Le chantier, peut-être mal préparé par GNCAC cafouille, les travaux commencent avec un retard important. Le 4 décembre 2008, un des employés de GNCAC prend l’initiative personnelle de fairefranchir une rivière à une pelle mécanique louée par STIO. L’opération réalisée en fin de journée de travail et sans le moindre respect d’une quelconque procédure vire au cauchemar, la barge bascule etl’engin se retrouve au fond de la rivière. Il faudra attendre jusqu’au 30 avril 2009 pour l’en retirer.

Il semblerait que GNCAC ait négligé de prendre les assurances qui lui étaient imposées...
tracking img