Goa, une ville portugaise

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 15 (3715 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 mars 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
Les indes européennes XVI-XVIIIe siècles
Goa, une ville portugaise


Au cours du XVIe siècle, les portugais ont prouvé leur domination navale en parvenant à établir très rapidement un contrôle efficace sur les routes navales de l’Océan Indien avec la conquête des ports stratégiques. Goa fait partie de ces places maritimes et commerciales essentielles et constitue uneprise de choix, l’historien portugais Fernão Lopes de Castanheda nous dit dans son Histoire de la découverte et de la conquête de l’Inde que « sans prendre Goa, l’on ne pourrait tenir l’Inde ». En effet, l’île de Goa, petit territoire de 3 805 km² peuplé de près d’un million et demi d’habitants était tout d’abord un abri naturel situé au voisinage des principales régions productrices de poivreet le principal point d’échange entre les productions du royaume de Vijayanagar et celles de l’Asie occidentale, de plus, elle constitue la première implantation coloniale portugaise en Inde en devenant le chef-lieu des établissements de l’Estado da India. Se pose le problème de sources, car l’histoire sociale del’Inde portugaise doit faire face aux disparités de la documentation du XVIe siècle, il ne reste presque plus rien des manuscrits originaires de Cochin ou encore de Cananor ainsi que des inventaires détaillés, néanmoins, il reste des documents relatifs à Goa, notamment avec l’apport des fonds de couvents et des établissements d’aides sociales établis. A cela, s’ajoute les récits de voyageurs commecelui de Jean Mocquet. Située sur la côte occidentale de l'Inde, à 400 kilomètres au sud de Bombay, la ville de Goa, était un important point d'embarquement des pèlerins indiens pour La Mecque, mais c'était surtout un port de commerce sans rival sur la côte occidentale, hormis Calicut. C'était surtout, un centre d'importation de chevaux arabes, en provenance d'Ormuz, marchandisesvitales pour les royaumes du Dekkan en guerre perpétuelle. Le territoire de Goa avait été récemment soumis à de grands changements politiques et culturels. Goa connut trois maîtres successifs entre 1475 et 1510, la vieille cité hindoue, vassale des râjas de Vijayanagar fut rasée et ses temples détruits lorsque les sultans de Bijapur s’en emparèrent (1475), la ville musulmane était à peineconstruite et repeuplée quand les Portugais s’y établirent à leur tour, le 25 novembre 1510, sous le commandement du gouverneur Afonso de Albuquerque. La ville fut en partie démolie puis réédifiée au cours des années suivantes mais elle allait surtout devenir le centre du pouvoir portugais d’outre-mer. Jamais un état occidental, le Portugal, n’aura connu de présence aussi longue sur une terreasiatique et laissé une telle empreinte dans les mentalités, les mœurs, l’architecture et le paysage.
Aussi convient-il de s’interroger sur l’évolution de la présence européenne, portugaise en Inde à travers la colonisation de la ville de Goa qui fut profondément bouleversée dans ses structures et ses croyances mais qui vit plus de quatre siècles de stabilité.Nous étudierons en premier lieu le déroulement et les modalités de l’installation des Portugais à Goa, avant de l’envisager comme capitale de l’Inde Portugaise, avec son centre politique, commercial et religieux. Enfin, il s’agira de brosser le portrait de cette société coloniale goanaise bouleversée dans son ordre social et religieux.


Convoitée par les uns et lesautres, Goa_ vieille cité hindoue vassale du royaume de Vijayanagar détruite en 1471 par la conquête d’un prince Bahmani_ avait connu trois maîtres en quarante ans. L’Adil Chah de Bijapur avait construit la capitale musulmane sur l’île de Tiswari. Goa était au carrefour de trois mondes, celui de l’océan Indien, celui de l’Inde aryenne et celui du pays dravidien. C’était une ville multiethnique,...
tracking img