Godot

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1824 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
En attendant Godot – Analyse pages 114-116

1 Présentation de l’Auteur

Samuel Beckett est né en le 13 avril 1906 à Dublin, date qui coïncide avec le jour de la mort du Christ, ce qui l’amènera à porter une certaine culpabilité durant sa vie. Il écrira des romans et des nouvelles tels que Murphy, Watt et Molloy, des poèmes, des essais dont Proust, et des pièces de théâtre telles queEleutheria, En attendant Godot et Fin de partie.

Situation du passage :
C’est la deuxième journée, Vladimir et Estragon attendent Godot (ils n’en ont toujours pas marre). Ils ont déjà rencontré Pozzo et Lucky, et voilà que ces deux derniers reviennent, mais cette fois Pozzo est aveugle et Lucky muet. En arrivant, ils trébuchent et tombent tous les deux, Estragon et Vladimir essayent, après de longueshésitations, de relever Pozzo mais tombent aussi. Ils restent un moment à terre car ils n’arrivent pas à se relever, puis Estragon se lève le premier et va frapper Lucky qui est toujours au sol, inanimé. Après cette scène, Pozzo et Lucky se relèvent et partent.

Plan du passage :
l. 1-15 : Estragon frappe Lucky et se blesse lui-même - échec
l. 16-36 : Effondrement des repères spatio-temporelsl. 36-54 : Départ de Pozzo et Lucky – leur rapport

Analyse :

Mon analyse sera fondée en trois parties, se regroupant toutes sous la même matrice, qui est l’absurdité de la condition humaine.

Effondrement des repères spatio-temporels
Dégradation de la vie et échec perpétuel
Soumission réciproque

2 Axe 1 : Effondrement des repères spatio-temporels

Dans ce passage, on peut constaterune sorte de déséquilibre, de perdition profonde due à la perte des repères spatio-temporels, qui nous plongent dans un doute sur l’existence, comme si le sol s’effondrait et qu’un chat n’était plus un chat.
« Pozzo. – Et Lucky ?
Vladimir. – Alors c’est bien lui ?
Pozzo. – Je ne comprend pas.
Vladimir. – Et vous, vous êtes Pozzo ?
Pozzo. – Certainement, je suis Pozzo.
Vladimir. – Les mêmesqu’hier ?
Pozzo. – Qu’hier ?
Vladimir. – On s’est vus hier. (Silence). Vous ne vous rappelez pas ?
Pozzo. – Je ne me rappelle avoir rencontré personne hier. Mais demain je ne me rappellerai avoir rencontré personne aujourd’hui. Ne comptez donc pas sur moi pour vous renseigner. Et puis assez là-dessus. Debout ! 
Vladimir. – Vous l’emmeniez à Saint-Sauveur pour le vendre. Vous nous avez parlé. Il adansé. Il a pensé. Vous voyiez clair.
Pozzo. – Si vous y tenez. Lâchez-moi, s’il vous plaît. (Vladimir s’écarte.) Debout !»

On voit ici deux éléments importants :
Vladimir peine à identifier Pozzo et Lucky car il doit leur demander s’ils sont bien eux-mêmes. Ce manque de certitude amène des doutes sur la réalité, comme si les sens trompaient les personnages, qu’ils ne pouvaient pas s’y fieralors ils usent de la parole pour confirmer leurs hypothèses. Tout cet enchaînement provoque une remise en cause de la réalité, qui amène finalement à la grande question, puisque je ne sais pas si ces objets, ou ces jours existent, « Est-ce que j’existe ? » Si je n’en suis pas sûr, alors pourquoi vivre ? C’est là une absurdité qui rejoint la pensée de Beckett sur la condition humaine, à savoirqu’elle est murée et insensée.

Pozzo ne reconnaît pas ce qui s’est passé, et il dit même que demain il ne se rappellera pas de ce qui se passe en ce moment. Cet acte de non reconnaissance amène à penser qu’on n’aurait eu aucun effet sur le personnage, puisqu’il ne se rappelle pas de m’avoir vu, c’est comme s’il ne m’avait pas vu, c’est donc comme si je n’existais pas. Une fois de plus, remise encause de l’existence, qui amène à l’absurdité de la vie.

Une telle analyse est aussi applicable à cet extrait de la page 108-109 :
« Estragon : Ce serait amusant.
Vladimir : Qu’est-ce qui serait amusant ?
Estragon : D’essayer avec d’autres noms, l’un après l’autre. Ca passerait le temps. On finirait bien par tomber sur le bon.
Vladimir : Je te dis qu’il s’appelle Pozzo.
Estragon :...
tracking img