Gorgias

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 23 (5605 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Fiche de lecture : Gorgias, (Platon)

Mouvement du texte Citations Remarques, notes, etc.

Première partie : la définition de la rhétorique

Socrate demande ce qu’est la rhétorique. Gorgias lui répond tout d’abord que c’est la science des discours.

Socrate demande des précisions ; Gorgias lui déclare que ce sont des discours ne se rapportant à aucune activité manuelle et visant àconvaincre.

Socrate veut savoir de quelle conviction il s’agit ; Gorgias lui réplique que c’est celle qui se produit dans les tribunaux et autres assemblées et qui traite du juste et de l’injuste.

Détour de Socrate : distinction entre deux sortes de conviction, celle qui donne la croyance sans la science, et celle qui donne la science. Gorgias répond que la rhétorique relève de la premièrecatégorie, et qu’elle donne une supériorité aux orateurs sur n’importe quel spécialiste, même dans son propre domaine de compétences. Cependant, il précise que les injustices que peuvent commettre certains rhéteurs ne sont imputables qu’à eux-mêmes.

Socrate pousse plus loin : l’orateur doit-il connaitre la distinction entre le juste et l’injuste, ou peut-il en parler même lorsqu’il l’ignore, simplementen donnant le change ? Gorgias répond qu’il doit la connaître, et qu’il peut même l’enseigner.

Socrate déclare alors que quand on connaît la justice, on est juste, mais que Gorgias a précédemment admis que certains orateurs agissaient avec injustice : il y a donc contradiction.

Transition : Polos les interrompt, affirmant que Gorgias n’a admis qu’un rhéteur doit connaître le juste etl’injuste que par politesse, et le somme de donner sa propre définition de la rhétorique.

Deuxième partie : le problème de la justice et de l’expiation de la faute

Socrate répond donc à Polos, en définissant la rhétorique comme un savoir-faire, une flatterie, qui ne fait que singer la justice. Celui-ci réplique qu’ils ne sont pas regardés comme tels par leurs concitoyens, puisqu’ils sont les pluspuissants des hommes, étant libre de tuer, exiler, exproprier, etc.

Socrate objecte que l’orateur, comme le tyran, ne fait pas ce qu’il veut, puisqu’il ne veut pas ce qu’il fait, mais ce en vue de quoi il le fait (l’objet de son action), soit son propre bien. Or, en tuant, exilant, etc., il commet une injustice, et agit contre son bien, car le plus grand mal, c’est l’injustice. Polos proteste.Socrate démontre donc qu’il est pire de commettre l’injustice que de la subir. Il affirme qu’une chose est belle si elle est utile ou procure du plaisir, ou les deux, et inversement pour le laid. Donc, une chose est plus belle qu’une autre si elle donne plus de bien ou de plaisir (ou les deux), et une chose est plus laide qu’une autre si elle cause plus de douleur ou de mal (ou les deux). Or,l’injustice est plus laide commise que subie ; comme ce n’est pas par la douleur (ou la douleur et le mal ensemble), c’est donc en raison du mal qu’elle cause à celui qui la fait.

Socrate va plus loin : il vaut mieux être un coupable châtié qu’impuni, car un châtiment est juste quand on a fauté, et que le juste est beau, et le beau bon et utile (ou les deux) ; d’où il s’ensuit qu’il est meilleur, etplus utile, d’être débarrassé de l’injustice, le plus grand des maux.

Socrate achève en affirmant l’inutilité de la rhétorique, qui peut tout au plus servir à s’accuser, ou à accuser ses proches, de ses fautes, pour en être puni et délivré.

Transition : Calliclès intervient alors, en affirmant que Socrate a induit Polos en erreur, en confondant la loi (selon laquelle il est préférable desubir l’injustice que de la commettre), faite par les faibles pour se protéger, et la nature, qui proclame le contraire, et autorise les meilleurs à commander aux moins bons.

Troisième partie : la nécessité d’une vie juste

Socrate interroge alors : qui sont les meilleurs ? Calliclès répond d’abord que ce sont les plus forts, puis ceux qui valent le plus, puis les plus intelligents, et...
tracking img