Graffitis, art et communication dans la ville

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1639 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Graffitis, art et communication dans la ville

Université Michel de Montaigne, Bordeaux3, ISIC, L3, 2010

Résumé : Le graffiti fait parti de ces moyens d'expression utilisé dans un espace urbain.
Habillage graphique, vandalisme, dessins artistiques, de nombreuses idées surgissent quand
l'on parle du graff' mais qu'en est-il vraiment?
Nous avons tenté une approche objective afin deconfronter les "maîtres en la matière" à
leur "public". Il nous semblait intéressant de s'interroger sur ce phénomène populaire, qui se
développe dans les villes, et subit une forte banalisation.

"Graffiti", "tag", sont deux appellations regroupés dans ce qu'on appelle la
communication urbaine. Cette pratique est devenue un élément prégnant de notre décor
citadin. Si le graffiti n'est pas dansl'absolu un phénomène nouveau, puisqu'on en retrouve
sur les murs de Pompéi à l'époque romaine, sa définition n’est pas clairement définie pour
tous. Qu'est ce qu'un graffiti ? un tag?
C'est d'abord un mot italien qui tire son étymologie du grec graphein () dont le
sens équivaut indifféremment à écrire, dessiner ou peindre.
Graffiti est le nom donné aux dessins ou inscriptionscalligraphiées, peintes, ou tracées
de diverses manières sur une propriété. On compare le graff au tag, qui est pourtant différent
et correspond à une signature rapide utilisée en "vandale".
Le graffiti, tel que nous le connaissons aujourd'hui en France, est issu de la culture
hip-hop américaine. Il est né à New-York à la fin des années 1960, sous la forme de tags
sauvages dans un premier temps, puis decréations de plus en plus élaborées. La peinture
aérosol et les marqueurs sont devenus les outils les plus utilisés pour les réaliser.
Cette activité qui semble discrète dans sa réalisation se produit parfois dans l'illégalité.
En France, le graffiti est condamné par la loi puisqu'il est considéré comme une
« destruction, dégradation ou détérioration volontaire d'un bien appartenant à autrui ».Les
graffeurs pris en flagrant délit sont passibles d'une contravention de 5e classe (1 500 euros
ou plus) s'il n'en résulte qu'un dommage léger (Article R.635-1 du Code Pénal) ou d'une
amende pouvant atteindre 30 000 euros et jusqu’à 2 ans d'emprisonnement en cas de
dommage lourd (Article 322-1 du Code Pénal).

Alors, le graff est-il toujours un vecteur de communication et d'expression ouest-il
devenu un simple habillage graphique?

Certains considèrent le graffiti dans ses formes les plus élaborées comme un art qui
mérite d'être exposée dans des galeries, tandis que d'autres le perçoivent comme indésirable.
Toutefois, comment le graffiti est-il perçu dans la rue ? Le terme de "communication"
peut-il être approprié à ce style urbain? Pour répondre à ces questions, noussommes partis à
la rencontre des récepteurs et des acteurs du graff. Nous avons réalisé deux enquêtes
parallèles s’adressant à chacune des catégories précitées.
Pour le questionnaire réservé aux récepteurs du graff, nous avons en premier lieu
établi un échantillonnage selon des critères bien définis. Leur âge devait être compris entre 14 et 77 ans, les lieux où nous avons enquêtés étaient : lacampagne, les quais des
Chartrons, le Skate Park, la sortie de lycées, l’université. Il était question de recueillir des
avis sur cette pratique urbaine.
Dans un deuxième temps, nous avons recherché des graffeurs, tâche beaucoup moins
aisée puisqu'ils sont généralement discrets, afin d'en savoir un peu plus sur ce phénomène et
d'en percevoir les finalités. Il c’est révélé que sur les huitquestionnaires récoltés, tous les
répondants étaient de sexe masculin, âgés de 18 à 23 ans.

Le graff comme vecteur de communication

D’après les résultats de notre enquête, la pratique du graff’ répond à un besoin
d’expression personnelle. Pour l’un c’est « mon défouloir », pour un second le graff lui
permet d’ « exprimer ce que je suis ». Les graffeurs veulent toujours dire quelque chose par...
tracking img