Grammaire et pratique grammaticale en milieu scolaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1410 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 septembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Abderrahmane BOUACHA Maitre assistant doctorant Faculté des Lettres et Langues Université Ibn Khaldoun TIARET14000 ALGERIE

Grammaire et pratique grammaticale en milieu scolaire Analyse d’outils théoriques et conceptuels Cas du collège

Si le concept de grammaire est un concept très controversé en didactique c’est parce que l’enseignement/apprentissage de cette discipline ne cesse de poser dedélicates questions aussi bien pour le linguiste appliquant, que pour les enseignants et à un degré moindre pour les les apprenants. En effet, l’évolution du concept de grammaire au cours de l’histoire, a rendu difficile une description grammaticale unifiée et la grammaire s’apparente davantage à une activité heuristique qu’à une discipline à apprendre. Si l’on se tient à la conceptiontraditionnelle de ce mot dans notre activité classe, nous serons amenés à traiter l’ensemble des connaissances morphologiques et syntaxiques, orales et écrites de la langue que l’apprenant doit acquérir, parce que connaître une langue, dans ce cas, revient à connaître sa grammaire ; c'est-à-dire les règles qui régissent cette langue. Or, les objectifs assignés à l’enseignement/apprentissage des languesétrangères dans notre système scolaire en Algérie au niveau du troisième palier(collège) particulièrement visent plutôt l’acquisition d’une compétence communicative, qui va au-delà des connaissances purement linguistiques. Nous sommes donc amenés à envisager l’enseignement de cette discipline tout à fait autrement, car apprendre une langue signifierait davantage apprendre à communiquer dans cettelangue plutôt qu’apprendre à la décrire. Nous nous retrouvons alors dans une conception où la grammaire sera partagée entre des règles d’usage, c'est-à-dire des règles de la morphologie et de la syntaxe, que l’apprenant devrait acquérir pour pouvoir former des énoncés corrects, et des règles d’emploi à partir 1

desquelles ces énoncés là seraient appropriés à différentes situations, c'est-à-dire àdifférents contextes linguistiques. Malheureusement, cette conception idéale au niveau méthodologique, ne correspond nullement à la réalité où la pratique de la langue réservée au milieu scolaire chez nous est très insignifiante (trois heures par semaine en milieu collégien), et ne va pas au-delà de ce contexte là. Cette façon d’envisager l’enseignement du français n’a pas manqué de révélerbeaucoup de difficultés qui entravent une maîtrise tout à fait correcte de la langue chez nos jeunes apprenants collégiens. Ces difficultés d’ailleurs ne s’inscrivent nullement dans le profil d’élèves ayant déjà accumulé des connaissances 1 puisqu’ils sont confrontés à des difficultés de type : altération grave de la voix et difficultés dans la transmission des messages aussi bien à l’oral qu’à l’écrit.Nous avons pu ainsi relever chez ces élèves des erreurs aussi bien à dominante phonique ou phonogrammique que des erreurs à dominante morphogrammique. Au niveau de la pratique de la langue en classe, il est très fréquent de noter des difficultés qui touchent le domaine morphogrammique particulièrement au niveau de l’emploi du genre et des flexions verbales. Les structures complexes ne sont pas dureste et posent également d’autres difficultés 2 du genre : *le village qui vive moi c’est un village simple pour le village où je vis…ou encore :*j’aimerais beaucoup que je vivrais en ville pour j’aimerais beaucoup vivre en ville. L’absence également dans l’inter langue de nos apprenants de « être » entraîne assez souvent sa confusion avec « avoir ».Il n’est pas rare d’avoir des phrases du type:*elle a calme et courageuse pour elle est calme…ou encore *elle a très tendre pour elle est très…ou encore, *dans ce passage qui entre nos mains. Dans cet exemple la difficulté est double puisqu’ il y a à la fois omission de être accompagnée d’une traduction intégrale de l’arabe dialectal.
1 2

Les élèves du collège en Algérie commencent l’apprentissage du français à partir de la 2ème année...
tracking img