Grands problemes economiques

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 14 (3370 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Chapitre 1
LA NATURE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE

« oikos » : la maison en Grec
« nomos » : la règle, la loi
« heimen » : administrer

L’économie c’est donc l’art de diriger sa maison selon des règles qui concernent les hommes, les femmes, les esclaves, le travail.

ARISTOTE distingue cet art à celui de rassembler des richesses (c’est la chrématistique).

Au XVII siècleapparaît le terme « économie politique » avec Antoine DE MONTCHRETIEN dans le « Traité de l’économie politique » de 1615.

« politikos » : la cité
L’objet de l’économie politique n’est plus la maison mais la cité, l’Etat, le public et non plus le privé.
La gestion avec l’étude de l’espace privé de l’Etat.
Ce n’est plus un art, l’économie est désormais une science.
Elle appartient au domaine de laconnaissance et non plus au domaine de l’action.

Le terme « science économie » apparaît au XX siècle.

Section 1 :
LES DEFINITIONS DE L’ECONOMIE EN TANT QUE SCIENCE

Paragraphe 1 – L’économie politique comme science générale de la Société

I. La science du bien être

Auteur britannique : Alfred MARSHALL
Fin du XIX – XX siècle
Il est une profonde influence de la scienceéconomie.

« L’économie est une étude de l’humanité dans les affaires ordinaires de la vie, elle examine cette part de l’action individuelle et sociale qui est étroitement consacrée à atteindre et à utiliser les conditions matérielles du bien être. »
1890

L’économie est l’étude de tout.
Science générale.

« L’économie est uneétude des hommes en tant qu’ils vivent, se meuvent et pensent dans les affaires ordinaires de la vie. »

Cette citation n’est pas opératoire.

II. L’économie comme science des rapports sociaux

Tradition Marxiste.

« L’objet de l’économie politique ce n’est nullement la production mais les rapports sociaux existant entre les hommes dans le domaine de la production et de lastructure sociale de la production. »
LENINE, 1899

Cette définition est plus précise que celle de MARSHALL.
Ces 2 définitions portent sur l’objet (l’homme en général).
C’est l’objet qui définit la science.

Paragraphe 2 – L’économie politique comme science des choix efficaces

Lord Lionel ROBBINS, anglais.
1932
Il va énoncer ce qui va constituer la définition dominante de la sciencepolitique :

« L’économie est la science qui étudie le comportement humain en tant que relation entre les fins et les moyens rares à usage alternatif. »

Cette définition va être reprise par beaucoup d’auteurs, tel que Raymond BARRE, qui lui aussi a eu une grande influence :

« La science économie est la science de l’administration des ressources rares, elle étudie les formes que prend la comportementhumain dans l’aménagement de ces ressources, elle analyse et explique les modalités selon lesquelles un individu ou une société affecte des moyens limités à la satisfaction de besoins nombreux et illimités. »

I. Les caractéristiques des fins et des moyens

Les fins de l’homme : la satisfaction des ses besoins et de ses désirs.
L’homme recherche.

A. nature etpluralité des fins

Ces besoins et désirs sont très nombreux, divers.
L’homme chercher à se protéger contre les aléas de la nature.
Il chercher à comprendre la nature.

Ces fins sont sans limites.

Dès lors qu’il y a plusieurs fins, elles peuvent être exclusives des unes des autres.
On ne peut pas chercher en même temps l’augmentation du revenu et l’augmentation du temps libre.

Il y a deschoix qui doivent être fait.
Les fins de l’action humaine sont en générale incompatibles.

B. hiérarchie des fins

Toutes les fins ne valent pas la même chose.
L’action humaine doit être capable de faire des priorités.
Le choix du présent et du futur.
Exemple : la France a choisi le présent.
Nos sociétés sont confrontées à ce choix.
Exemple : le choix de garantie de...
tracking img