Grands sociologues

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2564 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document

Frise chronologique des grands sociologues et école de pensée

Auguste Comte (1798 - 1857)

Auguste Comte, qui fut le secrétaire de Saint-Simon de 1817 à 1823, a voulu reprendre la création d'une science de la société et l’a renommé « sociologie ». Auguste Comte, développa des théories sociologiques dans le système de politique positive(1851-1854). On le considère souvent en France comme un des pères fondateurs de cette science.

Pensée : Positivisme. Rationalisme.
Selon Auguste Comte, la science est le seul type de pensée efficace pour garantir à la fois l'ordre politique et social et le progrès.
La sociologie permet de connaître à la fois les lois d'organisation de la société (« statique sociale ») et celles de son évolution(« dynamique sociale »).

Contexte : Révolution Industrielle

Alexis de Tocqueville (1805 - 1859)

On compte souvent parmi les précurseurs de la sociologie Alexis de Tocqueville pour ses études sur la Révolution française (L'Ancien Régime et la Révolution) ou sur les États-Unis (De la démocratie en Amérique). Il analyse ici les sociétés et compare la société américaine et les sociétés européennes.Il sera d'ailleurs un visionnaire en ce qui concerne le concept de moyennisation de la société.

Pensée : Sociologie Comparative.
Compare la France à l’Angleterre (l’ancien régime) et aux Etats-Unis (de la démocratie en Amérique) et s’interroge sur les raison des différences entre ces pays. Pour y répondre, il élabore une méthodologie qui est celle de toute discipline scientifique.Contexte : Industrialisation. Révolution de 1848.

Karl Marx (1818 - 1883)

Karl Marx est avant tout présenté comme un philosophe, mais il a eu une immense influence sur la sociologie et les autres sciences sociales. C'est dans la manufacture, puis dans la fabrique, qu'Engels et Marx se sont le plus rapprochés des pratiques sociologiques et en particulier de ce que sera dans la seconde moitié duXXe siècle la sociologie du travail. Mais ce sont des théories à peine esquissées, celle des classes sociales et celle de l'Etat, qui ont le plus influencé la sociologie moderne.

Pensée : Holisme. Déterminisme.
Sa démarche sociologique est indissociable de son engagement politique révolutionnaire. Il constitue l’un des deux pôles de la pensée traditionnelle sociologique. Pour lui, touteréalité est traversée des forces contradictoires, leur lutte provoquant le changement (en générale sous la forme d’une rupture brutale). Bourgeoisie versus aristocratie, prolétariat versus bourgeoisie. La pensée de Marx se résume aux termes de "holisme" et de "déterminisme". C’est-à-dire que l’individu est déterminé par les structures de la société.
Contexte : Industrialisation, hausse du prolétariat etdu système capitaliste.
Vilfredo Pareto (1848 - 1923)

Pareto est un économiste et sociologue Italien demeuré célèbre pour son « optimum paretien » : une situation d'ensemble dans laquelle un individu ne peut améliorer sa situation sans détériorer celle d'un autre individu.

Pensée : Le cynisme et le pessimisme de Pareto attaquent de front l'optimisme et le rationalisme d'Émile Durkheim.Illusions sont les tentatives d'organiser rationnellement la société, illusion que de croire l'homme animé par la raison, illusion que de croire la vertu progresser avec l'accroissement de la raison.

Son apport dans le domaine de la recherche sociologique se situe autour des concepts d'actions logiques étudiées à travers l'économie et des actions non-logiques étudiées par la sociologie. Lesactions non-logiques étant constituées de résidus, c'est-à-dire de tous les affects inhérents à l'homme. Tout ce développement se trouve dans son principal ouvrage: Traité de sociologie générale, publié en 1916.

Pareto distingue les classes sociales entre masse et élite, l'élite elle-même est séparée entre élite non gouvernementale et gouvernementale . De la masse montent perpétuellement de...
tracking img