Greve de carmaux

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (448 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Carmaux reste, dans les mémoires françaises, un haut lieu de combat. Ce petit bassin houiller, accroché aux flancs du Massif central, a vu s'affronter, entre 1850 et 1914, la Société anonyme desmines de Carmaux (S.M.C.) et ses ouvriers; cette âpre lutte de classes culmine en 1892.

En février de cette année-là, la Chambre syndicale présente à la Compagnie une demande d'augmentation dessalaires, qui est rejetée. Le 7 mars, la grève éclate. Une réunion d'arbitrage, présidée par le préfet du Tarn, n'amène aucun résultat. On recourt à un tiers arbitre, M. Aguillon, ingénieur en chef des Minesà Paris, qui se montre favorable aux ouvriers: le salaire journalier est majoré d'environ 50 centimes, et, le 21 mars, le travail reprend.

En mai, les élections municipales voient le succès d'uneliste associant mineurs et verriers. La mairie échoit à J.-B. Calvignac, ouvrier de la mine et secrétaire de la Chambre syndicale. La Compagnie est mécontente, et son directeur, M. Humblot, sommeCalvignac de choisir entre ses fonctions de maire et son emploi dans la Compagnie. Calvignac refuse et il est licencié le 2 août. Une délégation vient protester auprès de la direction, escortée d'unefoule de travailleurs. Voyant sa maison envahie, Humblot doit démissionner pour ramener le calme. Cependant, la Compagnie refuse de réintégrer Calvignac.

Le 16 août, la grève reprend; elle va durertrois mois et demi et retentira dans toute la France. Des souscriptions sont ouvertes un peu partout. Des secours parfois considérables affluent, même de l'étranger. Ainsi soutenus, les mineurs tiennentbon. Ils se réunissent régulièrement à la Chambre syndicale. Le gouvernement hésite à faire appel à la troupe et se contente d'envoyer des gendarmes qui patrouillent jour et nuit pour assurer laliberté du travail. Quelques chocs se produisent entre eux et les grévistes. A la rentrée de la Chambre, le 18 octobre 1892, le député Baudin interpelle le gouvernement, exposant les motifs de la grève...
tracking img