Grh ethique publique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 17 (4170 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Ethique publique 6/1 (Montréal, 2004), p. 100-105

Bien commun, conflits d’intérêts et délibération éthique

Par Denis Müller
www.contrepointphilosophique.ch
Rubrique Ethique
Septembre 2004

Si La notion de Bien commun paraît de prime abord trop ambitieuse, trompeuse en ses promesses excessives et inaccessibles, elle est néanmoins nécessaire au débat éthique dans l’espace publiccontemporain. Dans cette contribution, nous voudrions montrer comment une compréhension critique de la notion controversée de Bien commun peut s’avérer compatible avec une prise en compte réaliste et responsable des conflits d’intérêts et de la délibération éthique. L’exemple du débat français sur la laïcité permet à cet égard de comprendre la nécessité de dépasser l’opposition stérile entre uncommunautarisme poussé à l’extrême et un universalisme vidé de sa pertinence historique et dialectique.

If, at the first look, the notion of the common Good seems too ambitious, making excessive and unaccessible promises, it is nevertheless necessary to use it in the ethical public discussion. This paper aims to show that a critical understanding of this controversial idea of the common Good may help tosolve some conflicts of interests. The example of the french debate on laicity should help us to overcome the fallacious opposition between extreme communitarianism and abstract universalism.

1. Le Bien commun, un concept traditionnel et ses problèmes

La notion de Bien commun (bonum commune), avec ses racines antiques (Platon, Aristote) et médiévale (Thomas d’Aquin) est en général comprisecomme l’expression d’un intérêt supérieur, de caractère à la fois rationnel et divin[1]. Or il est évident que cette vision classique, si fondamentale et grandiose soit-elle, n’est plus adaptée au paradigme moderne, voire postmoderne de la réflexion éthique actuelle, qui a lieu dans un contexte social, culturel et historique profondément différent. En effet, le paradigme moderne, avec sescomposantes démocratiques et pluralistes, fait appel à l’idéal d’une discussion critique ouverte, laquelle met en doute aussi bien la représentation classique d’une rationalité objective et universelle que la thèse de son harmonie évidente avec le divin. Or, comme nous tenterons de le montrer dans cet article, adopter une attitude procédurale et démocratique lorsqu’il s’agit de méthode et de discussionn’implique pas de jeter aux orties les prétentions normatives et substantielles des différents protagonistes qui participent à la discussion publique. Pour le dire plus concrètement, le fait que nous acceptions, comme sujets libres et réfléchis, de participer à des discussions et de soumettre nos propres arguments à la critique d’autrui, ne nous empêche pas d’avancer ou de prendre au sérieux desaffirmations impliquant des contenus de pensée, des opinions fortes ou substantielles, pouvant prendre la forme d’énoncés métaphysiques ou religieux par exemple. La démocratie, avec ses règles formelles, n’élimine pas pour autant le débat d’idées et la confrontation sans violence de différentes visions du monde ou idéologies. Sinon, nous serions réduits à vivre dans un monde d’indifférence doctrinale,qui ne serait que la caricature de l’idéal de tolérance.

De ce point de vue, nous émettons l’hypothèse que la thématique historique et traditionnelle de la notion du Bien commun a été la plupart du temps abordée sous un angle trop étroit et trop limitatif, se contentant de rechercher des convergences objectives ou des compromis pratiques. Nous estimons que la doctrine sociale de l’Eglisecatholique et plus généralement les visées de l’éthique sociale d’inspiration chrétienne sont porteuses d’un projet de société infiniment plus ambitieux et exigeant[2]. D’un autre côté, il importe de souligner que la problématique actuelle n’est pas seulement politique, comme si les tenants du Bien commun étaient aujourd’hui seulement des citoyens ayant opté pour un projet politique progressiste ou...
tracking img