Grimal

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 33 (8034 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
RESUME DE L’EMPIRE ROMAIN DE GRIMAL

CHAPITRE I : LE MONDE ROMAIN A LA FIN DE LA REPUBLIQUE

L’occupation du monde

Lorsque va s’installer le principat, l’extension de l’imperium à l’ensemble des terres habitées est en train de s’accomplir. On installe des colonies, autre forme d’annexion. Les colons, citoyens romains, reçoivent des terres, image de Rome qui est alors implantée sur unterritoire étranger.

La Grèce et l’Orient

Rome exerce un ‘protectorat’ sur les cités grecques. Enorme expansion de l’Empire vers l’Orient.

L’Occident

La progression de Rome vers l’Occident n’avait pas cessé.

La condition des personnes

L’imperium est un système, peu cohérent mais efficace, dans lequel s’intègrent des peuples très différents les uns des autres. Une unité véritablenaîtra, et bientôt un ‘esprit romain’ auquel n’échapperont pas, à la longue, les provinces de culture grecque. Le statut des personnes varie considérablement. Au sommet de la hiérarchie, les citoyens de plein droit, de Rome ou des colonies. Puis les citoyens de droit latin, qui ont seulement certains privilèges des premiers. Puis les pérégrins, étrangers mais pas pour autant hors-la-loi. Il y a lescolonies, mais aussi les cités dites ‘libres’. Elles jouissent d’une autonomie théorique, limitée par les comptes qu’elles avaient à rendre à Rome, comme l’impôt.

Pourquoi l’Empire ?

A cause d’un instinct de domination pur et simple, d’un désir de sécurité et d’une crainte de l’encerclement. Il y avait aussi un sentiment ‘impérial’ fondé sur la conscience de leur supériorité morale. Certes cen’est pas le but premier, et c’est aussi une justification, mais les conquêtes ont pour but de ‘civiliser’, l’imperium va dans le sens de l’humanitas. Les Romains apparaissent aussi comme les protecteurs des Grecs, par la conclusion d’alliances. Mais cette protection ne se faisait pas sans rudesse, il y avait par exemple des pillages.

L’argent

Rome était le centre vers où affluaient lesrichesses. Les impôts exigés des cités soumises étaient si considérables que les citoyens n’eurent bientôt plus à payer d’impôts directs. Mais l’enrichissement fut le résultat de la conquête, et non sa cause. Il existait des banquiers auprès des cités grecques, généralement dépourvues de capitaux en raison de leur mauvaise administration et des malversations des dirigeants. Il y a aussi des sociétés paractions. Ces sociétés prennent les impôts, directs et indirects, versent au trésor public des sommes convenues d’avance et répartissent le surplus entre les actionnaires. Cela entraînait toutes sortes d’abus. La prospérité économique, si elle n’est un objectif de la conquête, est assurément une cause qui tend à maintenir le système.

La gloire

L’ambition des grands personnages qui détiennentles magistratures et qui sont avides de gloire est énorme. Les Romains sont, pensent-ils, ‘supérieurs aux Rois’, de par leur nature. Que dire donc de ceux qui suivent le cursus honorum ? Eux sont alors bien supérieurs aux Rois, puisque déjà supérieurs à leurs concitoyens. Il y a ne classe de conquérants, et les ambitions personnelles ont joué un rôle dans l’extension de l’Empire.

L’Empire deCésar

César entreprenait de soumettre à l’imperium romain l’autre moitié du monde, vers l’Occident. Il y parvient, et l’imperium romain s’étend alors du Levant au Couchant, avec quelques lacunes, puisqu’il reste quelques ilots d’insoumis. César voulait en finir avec la République, mais le Sénat s’y oppose. Le peuple, lui, accepte bien cela, et César et Pompée, vainqueur en Orient, s’affrontentalors à Pharsale. Pompée dut s’enfuir en Egypte où il fut assassiné. César fut l’imperator par excellence. Sa tentation de la royauté fut un bon prétexte pour les survivants de Pharsale de l’assassiner.

Gouverner le monde

Il poursuit sa conquête vers l’ouest, et crée une seconde province africaine (Est algérien). Tous ces territoires ne formaient pas un ensemble cohérent, il était...
tracking img