Groupe de parole

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 14 (3500 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 août 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Pour soutenir les parents d’enfant handicapé Le groupe de parole ou le miroir renarcissisant

VÉRONIQUE AMOSSÉ

Le texte légal qui définit « les conditions techniques d’autorisation des établissements et des services prenant en charge des enfants ou des adolescents présentant des déficiences intellectuelles ou inadaptées » (annexe XXIV) stipule la nécessité d’une aide aux parents d’enfantporteur d’un handicap. Ces parents auraient besoin d’être accompagnés, non pas parce qu’ils ont un profil psychologique particulier, mais parce que le contexte du handicap engendre une souffrance narcissique et affecte la relation à l’autre. Quel soutien particulier apporte un groupe de parole aux parents d’enfant handicapé ?

Quand on a un enfant « pas comme les autres »
Mettre au monde un enfantporteur d’un handicap remet en question l’idée qu’on se fait de la fonction parentale, voire de l’identité parentale. En effet, l’enfant a une fonction narcissisante pour ses parents. Dans la plupart des cas, la naissance d’un enfant renvoie aux parents une image valorisante. Selon S. Freud 1, le narcissisme serait un phénomène libidinal de portée générale et occuperait une place capitale dans ledéveloppement sexuel régulier de tout être humain. Ainsi, il croit pouvoir reconnaître dans la tendresse des parents la reviviscence de leur propre narcissisme « depuis longtemps abandonné » : la surestimation amoureuse dont l’enfant est l’objet serait l’indice

DIALOGUE - Recherches cliniques et sociologiques sur le couple et la famille - 2002, 3e trimestre

100

Dialogue 157

de lapropre surestimation narcissique des parents à leur période narcissique primaire. La croyance narcissique en la magie des désirs s’exprime dans le souhait que formulent les parents pour que leurs enfants jouissent d’une meilleure vie que la leur, réussissent là où ils ont échoué. Mais, dans le contexte du handicap, l’enfant ne vient pas réaliser les désirs narcissiques des parents. Bien au contraire,« cet enfant-soleil refuse de jouer le jeu ! il ne rachètera personne ! Il ne valorisera pas l’un ou l’autre parent, il ne vous vengera pas de la vie. Pire, il vous dévalorisera encore plus 2. » Le handicap de leur enfant renvoie les parents à un sentiment d’incompétence ou de « faute ». Pour construire son identité parentale, on a besoin de modèles identificatoires. On se réfère à sa propreexpérience, mais on a aussi besoin du soutien rassurant de l’entourage et d’encouragement pour prendre confiance en ses nouvelles capacités à être parent. Dans le contexte du handicap, les parents vivent l’expérience de l’inquiétante étrangeté 3 : « C’est tout ce qui devait rester secret, dans l’ombre et qui en est sorti. » Ils perdent alors tout repère et modèle identificatoire. Ils sont blessésnarcissiquement par le handicap de l’enfant, mais aussi par la difficulté qu’ils éprouvent à trouver leur identité de parent. Ce qui met à mal leur fonction. Mettre au monde un enfant porteur de handicap entraîne aussi un sentiment de culpabilité lié à l’idée de la transmission d’une déficience ou d’une faute originelle (dans le registre incestueux qui infiltre tout désir d’enfant) qui attirerait lacolère des dieux. C’est alors une souffrance narcissique familiale qu’engendre le « télescopage entre une défaillance de la famille à se sentir dans une continuité générationnelle (mais aussi sociétale et humaine) et l’arrivée d’un enfant qui, au lieu de venir prendre une place dans le lien en le consolidant, viendrait le dé-fonder 4 ». Les parents sont en proie à un fort sentiment de doute surleurs capacités à se maintenir dans la chaîne générationnelle et à la poursuivre. Cette souffrance est renforcée par l’isolement social dans lequel les parents vivent la situation. Le regard des autres les met à l’écart. L’enfant, les parents ou bien encore la fratrie ressentent une stigmatisation qui entraîne un sentiment d’isolement et d’incompréhension.

Parents et institutions : des relations...
tracking img