Guerre civile au sri lanka

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 14 (3258 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction

Le Sri Lanka anciennement Ceylan est officiellement appelé République socialiste démocratique de Sri Lanka, c'est un pays insulaire situé au sud-est de l’Inde dans l’océan Indien, il est séparé par le détroit de Palk et le golfe de Mannar. L'île mesure environ 440 km de long, et sa largeur maximale atteint 220 km. Sa superficie est de 66 000 km², soit l’équivalant de l’Irlandeelle a pour capitale commerciale et économique Colombo alors que sa capitale politique et administrative se nomme Sri Jayawardenepura Kotte. La population de l'île s'élève à une vingtaine de millions. Les langues officielles sont le cinghalais et le tamoul, le pays est divisé en neuf provinces Centre, Centre-Nord, Est, Nord, Nord-Est, Ouest, Sabaragamuwa, Sud et Uva.

1) Origine et déclenchementde la guerre civile
  
a) Origine et évolution
La nature du conflit remonte à la domination coloniale britannique au moment où le pays était appelé « Le Ceylan ». Un mouvement politique nationaliste Cingalais les communautés ont été soulevées dans le pays au début du 20e siècle dans le but d'obtenir l'indépendance politique, qui a finalement été accordée par les Britanniques après desnégociations pacifiques en 1948. Les désaccords entre les Cinghalais et les Tamouls, communautés ethniques ont éclaté lors de l'élaboration premier poste du pays, constitution de l'indépendance.
Après leur élection au Conseil d'Etat en 1936, le Lanka Sama Samaja Party (LSSP) dont les membres N. M. Perera et Philip Gunawardena exige le remplacement de l'anglais comme langue officielle par le cinghalais etle tamoul. En Novembre 1936, deux lois ont été adoptées par le Conseil d'Etat, et soumis au secrétaire juridique : «dans les tribunaux municipaux et de police de l'île, la procédure devrait être dans la vernaculaires» et « les entrées dans les postes de police doivent être consignés dans la langue dans laquelle ils ont été initialement déclaré ». Toutefois, en 1944, J. R. Jayawardene fut nommé auConseil d'Etat pour que le Singhalais remplace l’anglais comme langue officielle. En 1956, le passage du Premier ministre S. W. R. D. Bandaranaike pour la campagne Sinhala Only a conduit à des émeutes ethniques. La guerre civile est une conséquence directe de l'escalade de la politique de confrontation qui a suivi.
La formation de la Tamil United Liberation Front (TULF) avec une résolutionVaddukkodei (Vattukottai) de 1976 conduit à un durcissement des positions.
En 1963, peu après la nationalisation des compagnies pétrolières par le gouvernement sri lankais, les documents relatifs à un État tamoul séparé de Tamil Eelam ont commencé à circuler. A cette époque, Anton Balasingham, un employé du haut commissariat Britannique à Colombo, a commencé à participer à des activités séparatistes.Il a ensuite migré vers la Grande-Bretagne, où il devint le théoricien en chef des Tigres de libération de l'Eelam tamoul (LTTE). Dans la fin des années 1960, plusieurs jeunes Tamouls, dont Velupillai Prabhakaran s'est également impliqué dans ces activités. Ces forces ont formé ensemble la Tamil New Tigers en 1972. Cela a été formé autour d'une idéologie raciste qui retrace le 1er millénaire del’Empire Chola (le tigre etant l'emblème de cet empire) et d'un programme d'action basé sur le personnage du film de Clint Eastwood, qui a été le héros Prabhakaran.
Un autre mouvement, Eelam Revolutionary Organisation of Students (Organisation révolutionnaire des étudiants), formé à Manchester et Londres est devenu l'épine dorsale du mouvement Eelamist dans la diaspora, en organisant des passeports etdes emplois pour les immigrants et à la perception d'un impôt lourd. Il est devenu la base de l'organisation logistique eelamist, plus tard repris entièrement par Liberation Tigers of Tamil Eelam (Tigres de libération de l'Eelam tamoul).
Le TULF soutenait les actions armées des jeunes militants de la TNT qui ont été surnommés «nos garçons». Ces «gars» étaient le produit de l'explosion...
tracking img