Guerre et algerie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 16 (3846 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Séminaire d’histoire contemporaine I Nadine Fink

Isabelle Tschan Mai 99

La décolonisation : la guerre d’Algérie
1.Introduction 1.1 La colonisation 1.2 La nationalisation 2. Pendant la guerre 2.1 Les effets de la guerre en Algérie 2.2 Les conséquences en France 3. Décolonisation, mais comment? 3.1 Les conséquences et réactions sur l‘annonce de l‘association 3.2 Les accords d‘Evian 4.Conclusion 5. Annexe 5.1 Lexique 6. Bibliographie

1

1.Introduction 1.1 La colonisation La colonisation de l’Algérie par la France commence en 1830. La France prétend installer et développer une colonie de peuplement. Entre 1830 et 1870, les français transforment la société indigène arabo-musulmane en imposant une langue, une culture et un corps de règles françaises. Les indigènes ne reçoiventdonc la nationalité française que par naturalisation laquelle exigeait de leur part l’abandon de leurs traditions. C’est ce qu’on appelle une politique d’assimilation. Avant la guerre, l’Algérie a, selon Minock (in l’histoire, 1999 ; 36), dix millions d’habitants, dont une million de pieds-noirs issus de la colonisation, de l’immigration européenne et de la population juive. 1.2 La nationalisation En1936, Léon Blum confie les affaires algériennes à Maurice Viollette. Le projet BlumViollette qui proclame de continuer avec la politique d’assimilation est un échec qui encourage le mouvement nationaliste algérien. Pendant la deuxième guerre mondiale, l ‘Algérie est la terre d’accueil du gouvernement provisoire français. En 1943 le manifeste algérien issu par Ferhat Abbas dénonce l’asservissementdes 9/10 de la population. Le peuple demande l’abolition de la colonisation. Ferhat Abbas réclame la liberté et l’égalité absolue pour tous les habitants, ainsi que la liberté du culte et la participation des musulmans algériens au gouvernement. Des manifestants du PPA (Partie du Peuple Algérien) réclament le 8 mai 1945, la libération de leur leader Messali Hadj. L’armée répond à cette demandeavec des coups de feu et réprime l’émeute dans le sang. Il faut en finir rapidement. C’est la raison pour laquelle l’assemblé fédérale adopte le 20.9.47 le statut d’Algérie . L’Artice. 1 est le suivant : « L’Algérie est un groupe de départements dotés de la personnalité civile, de l’autonomie financière et d’une organisation particulière. » (cité in l’histoire 1999 ; 38) Une assemblée algérienneélue par deux collèges est instituée, mais les avis doivent être d’abord ratifiés par le gouvernement français et ensuite les deux collèges élécteraux sont inégaux : un électeur (français) du premier collège avait politiquement le même poids que huit électeurs (musulman) du second. Mais la mise en oeuvre du statut ne se réalise pas facilement. Des fraudes éléctorales et l’échec de la politique dereformes économiques et sociales ne constituent que deux objets empêchant la réalisation du statut. Ces faits renforcent le phénomène nationaliste plus profondement. Les nationalistes luttent dans deux organisations : 1. L’union du manifeste algérien de Ferhat Abbes (UDMA), qui plaide pour une Algérie autonome et démocratique 2. L’ancien PPA (Parti populaire algérien) sous le nouveau nom « Mouvementpour le triomphe des libertés démocratiques (MTLD) crée par Messali Hadj. Ce mouvement fait clandestinement des préparations pour l’insurrection et s’organise militairement. Le MTLD prend la direction du mouvement nationaliste en Algérie et donne en 1954 la naissance au « Front de la Libération nationale » (FLN) qui unifie tous les partisans d’une action militaire.

2

Le 1er novembre 1954, laguerre d’Algérie se déclenche. Ce jour est appelé Toussaint Rouge. Elle divise les nationalistes algériens entre le MNA (mouvement national algérien) et les partisans du FLN. Les groupes des nationalistes essaient d’imposer leur monopole de représentation par l’intermédiaire de massacres sanglants. 2.Pendant la guerre Quoiqu’il était en faveur d’une décolonisation de la Tunisie, Pierre Mendès...
tracking img