Guerre et paix

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 79 (19683 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
D. El Kenz et C. Gantet, Cursus, Armand Colin, Paris, 2003, 182p.

Guerres et paix de religion en Europe

16e-17e siècles

Introduction

De 1520 à 1660, presque toutes les guerres ont une dimension religieuse.
Les guerres de religion traduisent l'éclatement de la chrétienté entre catholiques et protestants dans un temps relativement court, entre le milieu du XVIe siècle et la fin duXVIIe siècle. Structurées souvent en quatre temps - phase judiciaire de répression préalable, rébellions contre l'autorité légitime, guerres civiles, puis paix de religion -, elles débouchent sur l'émergence de nouveaux types d'États, où la sphère du politique s'est partiellement dissociée de celle du confessionnel.
La rupture de la chrétienté, puis la concurrence confessionnelle, perturbent le jeudes relations internationales. Les causes religieuses deviennent alors un axe de propagande pour légitimer la guerre contre le voisin. Mais ces conflits sont aussi des guerres civiles, entre chrétiens.

Les pratiques de la violence et de la paix religieuse

La parole et l'action

Du blasphème à la provocation

Depuis le XIIIe siècle, un système juridique complexe a été mis en place contreceux qui prononcent des paroles offensant la majesté de Dieu.
Lors des troubles de religion, la sensibilité des autorités à l'égard du blasphème s'intensifie.
La parole blasphématoire devient ainsi le premier attribut du réformé.
Les violences verbales accompagnent souvent l'affrontement physique.

La « révolte en chantant »

Rôle central des cantiques dans l'évangélisation protestante.Entonner ces cantiques, c'est aussi manifester publiquement la religion nouvelle.
Les cantiques tiennent bien plutôt de marqueur identitaire de chaque Eglise. Ils sont intégrés dans le culte.

Les usages non violents de la parole

La parole, toutefois, ne sert pas que le combat clérical. La dispute (disputatio), issue de la tradition universitaire, est à l'origine même de la Réforme : en 1517,Luther rédige des thèses, conformément aux prérogatives que lui donne son doctorat en théologie, afin de susciter un débat. S'il passe outre ses premiers contradicteurs, il accorde la plus grande importance à Johann Eck (1486-1543), vice-chancelier de l'université d'Ingolstadt. La confrontation de leurs positions sur le pouvoir pontifical a lieu à Leipzig, en 1519. A la fin de la dispute, ledélégué de Rome pense avoir triomphé parce qu'il a poussé Luther à dire que le pape pouvait se tromper.
À différence du Moyen Âge, les autorités politiques interviennent dans ces joutes oratoires afin de protéger les protagonistes de toute poursuite pénale. En 1415, le Tchèque Jan Hus (v. 1371-1415), venu défendre ses positions devant le concile de Constance, avait été arrêté et condamné au bûcher pourcrime d'hérésie. Aussi, Luther, sommé de venir à Worms se justifier devant la Diète d'Empire, bénéficie-t-il d'un sauf-conduit impérial. En dépit des pressions exercées à son égard, Charles Quint (1519-1556) laisse le rebelle, mis au ban de l'Empire, quitter la ville. Dorénavant, les disputes peuvent servir à une cité ou à un prince aussi bien à légitimer le choix de la Réforme, à élaborer uneconcorde religieuse ou, au contraire, à affirmer l'opposition irréductible entre les confessions - mais autrement que par des voies de fait.
Les « colloques » et les « conférences publiques » relèvent du débat savant.
En France, elles succèdent aux guerres de Religion (entre 1598 et 1685, on en compte au moins 166), et sont particulièrement nombreuses jusque dans les années 1620. Après l'édit degrâce d'Aies (1629), les protestants hésitent à critiquer ouvertement la religion du roi, tandis que les catholiques reconnaissent l'inutilité de la dispute, préférant l'entretien discret ou la joute imprimée.
Lors des controverses publiques, les orateurs s'imposent des règles précises dont la fixation est, parfois, plus longue que le débat lui-même.
L'affrontement revête la forme d'un duel...
tracking img