Guerre improbable guerre impossible

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (252 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La plupart des chercheurs en Relations internationales ont depuis plusieurs décennies considéré les études stratégiques et de sécurité comme le fief des approchesréalistes et rationalistes. Les études de sécurité se sont ainsi articulées autour du principal concept du réalisme : l’équilibre des puissances. On pourrait mêmeavancer, sans exagérer, que l’impulsion et même la principale vocation des Relations internationales (1) ont été essentiellement d’examiner les « causes de la guerre etles conditions de la paix », tandis que d’autres concepts périphériques tels que le dilemme de la sécurité, la théorie des alliances, la théorie des jeux et leslimites de la coopération ont tous été repris dans un vaste programme de recherche conjuguant des observations réalistes et des méthodes rationalistes. Toutefois, cesdernières années, des débats d’ordre théorique et méthodologique ont eu lieu dans les domaines des Sciences politiques et sociales, remettant directement etindirectement en question l’approche classique réaliste/rationaliste des études de sécurité. Cet article se veut justement un examen « critique » et « constructiviste » desquestions de sécurité. Il s’agit, non pas de reprendre de manière exhaustive l’ensemble de la littérature sur les approches critiques et constructivistes des études desécurité, mais plutôt – au-delà de la critique pure – d’illustrer, à l’aide de trois exemples détaillés (l’élaboration des politiques de sécurité dans le domaine dela prolifération et du contrôle des armes, l’impact des dimensions culturelles sur la politique et les pratiques de sécurité et enfin, l’émergence de nouveaux
tracking img