Guerre totale

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 14 (3332 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction

Carte de l’Europe et une carte du Monde

èConflit : résultat de conflit et rivalités économiques et coloniales qui ont conduit les puissances européennes à se regrouper en alliances

>>Se mettent en place :
Deux systèmes d’alliances se font face, ils unissent des Etats ayant les mêmes intérêts militaires et diplomatiques, d’une part le Triple entente (France Royaume UniRussie) et d’autre part la Triple Alliance ( Allemagne, Autriche Hongrie, , Italie)

Dans chaque camp sans vraiment souhaiter la guerre on s’y prépare

Causes directe : assassinat à Sarajevo de François Ferdinand archiduc héritier du trône d’Autriche, le 28 Juin 1914

Le gouvernement Austro Hongrois pose un Ultimatum à la Serbie è donné le coupable
è nele font pas pour diverses raisons (les contenus de l’ultimatum sont presque humiliant pour les Serbe, supervision par les Austro-hongrois)
è Empire déclare la guerre à la Serbie le 28 juillet 1914
La Serbie : liée par une alliance à la Russie, le Russie mobilise ses troupes, L’Allemagne a peur et déclare la guerre à la Russie le 1er Août
L’Allemagne déclarela guerre à la France le 3 Août puisque la France est une alliée de la Russie.
Royaume uni veut rester Neutre mais les Allemand le 4 Août envahissent la Belgique, RU déclare la guerre.

video enfants masque à gaz


Des enfants d''une école apprennent à se servir de masques à gaz



ð Comment les Français vivent-ils la Première Guerre Mondiale ?

ð Pourquoi les conséquences de laPaix se font sentir très longtemps après la guerre ?


I/ Entrer dans la guerre

Comment les Français entrent-ils en guerre ?

A/ Les Français mobilisés




>>Mobilisation sans enthousiasme

Doc 4 et 5 p 213
Répondre aux 3 questions

Doc 4. La mobilisation dans les Alpes
et Doc 5. La mobilisation dans la Beauce
Dans ce village des Alpes – Val des Près – où vit ÉmilieCarles, c’est la stupéfaction qui fut le premier sentiment de la population, comme dans beaucoup de campagnes : « Quand on a entendu les cloches sonner, on s’est tous demander pourquoi ». La méconnaissance de la situation internationale est telle que l’on se demande contre qui la France est en guerre :
« Mais avec qui ? ». Si l’auteur mentionne ceux « qui prenaient çà à la rigolade », elleinsiste également sur « les inquiets qu voyaient tout en noir ». Mais tous partent : « Finalement, ils sont tous partis ». Les refus d’incorporation, souvent involontaires
(problèmes postaux, absence du territoire national), sont très marginaux. Ils sont largement inférieurs à 1 %. Le regard assez
sombre et peu patriote d’Émilie Carles – alors Émilie Allais – peut aussi s’expliquer par son engagementidéologique
libertaire et antimilitariste. De plus, la petite Émilie, âgée de 14 ans à la mobilisation, voit deux de ses frères partir à la guerre.

À l’inverse, dans le village de Beauce de Saint-Loup, c’est un véritable enthousiasme à l’annonce de la mobilisation générale : « C’était quasiment une fête », « le monde a pris la guerre comme un plaisir ». À la différence du texte précédent, nces paysans sont au courant de la situation : « On voyait que les hommes étaient prêts ». La situation géographique explique en partie cette différence : l’information circule mieux dans un village situé à quelques kilomètres d’une ville – Chartres – et à une centaine de kilomètres de la capitale que dans un village d’une vallée isolée des Alpes. De plus, Grenadou, paysan né en 1897, mentionne laRevanche, la haine des Allemands, sentiment plutôt minoritaire en France. Cela s’explique par la guerre franco-prussienne de1870-1871 : « Ils étaient venus à Saint-Loup en 70 ». Le souvenir de cette occupation, vécue comme un humiliation, est très vivace et donne sens à la
mobilisation et à la guerre.

Les deux témoignages se rejoignent sur la situation des campagnes, une fois les mobilisés...
tracking img