Guerres puniques

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1448 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La deuxième guerre punique, (218-202 av. J.-C.) est le deuxième des trois conflits (les guerres puniques) qui opposèrent Rome à Carthage.
Les grandes figures de cet affrontement sont célèbres. Du côté carthaginois, le général Hannibal Barca passa avec ses éléphants les Pyrénées, le Rhône et les Alpes, et remporta une série de victoires sur les légions romaines. Du côté romain, les Scipionmenèrent des contre-attaques décisives en Espagne, puis en Afrique. Hannibal fut finalement battu par Scipion l'Africain à la bataille de Zama.

Après la déclaration de guerre, Hannibal quitte Carthagène et prend au bout de huit mois de siège la ville de Sagonte (alliée des romains) qui est totalement détruite.
Hannibal établit près de Tarragone un dépôt de munitions et prépare le passage desPyrénées avec une armée composée de 50000 hommes à pied, de 9000 cavaliers et de 37 éléphants.
Au printemps de l'année 218 av J.C Hannibal commence sa marche sur Rome en traversant les Pyrénées.

Deuxième guerre punique (219 à 201). Hannibal, l'homme de génie qui prit alors le commandement des armées carthaginoises en Espagne, personnifie la lutte de Carthage contre Rome pendant toute la secondeguerre punique. Ses campagnes en Espagne, en Italie, en Afrique, ont fait l'admiration des hommes de guerre de tous les temps, et s'il succomba devant Scipion il ne le dut qu'au mauvais vouloir de sa patrie ingrate et égoïste. Dans la première période de la lutte, il s'agit pour lui non seulement de conserver l'Espagne à Carthage, mais de conquérir cette Italie elle-même sur les côtes de laquelle lesvaisseaux carthaginois n'avaient jamais pu établir un seul comptoir. Dans la seconde période, il ne songe plus, malgré une série de victoires retentissantes, qu'à défendre l'Afrique envahie par Scipion. Les Romains prirent leur revanche de Cannes à Zama. Hannibal offre la paix et subit les conditions les plus humiliantes : Carthage ne conservera que ses possessions d'Afrique; elle livrera tousles prisonniers et tous ses navires à l'exception de dix, tous ses éléphants; elle ne fera aucune guerre sans l'autorisation préalable du sénat romain; elle n'enrôlera plus de mercenaires; elle paiera dix mille talents en cinquante années; elle reconnaîtra Masinissa pour allié et pour maître légitime de ses États héréditaires et de ceux de Syphax. En exécution de ce traité, quatre milleprisonniers et cinq cents galères furent livrés aux Romains.
Troisième guerre punique. Hannibal, nommé suffète, s'était appliqué à réparer les désastres de la guerre et à rétablir l'ordre dans les finances jusqu'au jour où la politique ombrageuse du sénat le força de s'exiler. Grâce à son génie commercial, Carthage répara vite ses forces; elle comptait encore 700 000 habitants, et malgré sonabaissement elle faisait toujours trembler sa rivale victorieuse. On sait qu'une des clauses du dernier traité obligeait les Carthaginois à ne faire la guerre à aucun peuple sans l'assentiment du sénat romain. Le roi numide Masinissa, allié de Rome, résolut de profiter de cette situation pour agrandir ses États au détriment de Carthage. Chaque année, il s'appropriait une nouvelle ville, un nouveaucanton. Les Carthaginois qui avaient les mains liées par le traité ne pouvaient se défendre; ils portèrent leurs réclamations devant le sénat romain. Rome qui, à ce moment, était engagée dans sa lutte contre Persée, roi de Macédoine, prit garde de se mettre un nouvel ennemi sur les bras; l'affaire traîna en longueur, on fit des réponses évasives, et finalement dix commissaires furent nommés pouraller en Afrique trancher le différend entre Carthage et Masinissa.

Cette guerre est plus provoquée par les craintes romaines d'avoir à affronter à nouveau les Carthaginois que par des menaces réelles (voir la célèbre phrase Delenda Carthago est — « Il faut détruire Carthage » — de Caton).
Le véritable prétexte pour mener cette guerre est l'attaque des Carthaginois sur l'un de leurs alliés,...
tracking img