Guillaume Appolinaire Alcools Autonme Malade

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (1772 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 juin 2015
Lire le document complet
Aperçu du document
Au XXème siècle le genre poétique prend un nouvel essor ainsi de nombreux auteurs prennent le pas sur des anciennes traditions poétique. De cette façon sont nés des poètes de la modernité telle queRimbaud ou Apollinaire. C’est poète sont dits « inclassable » tant ils étaient novateur. Ainsi apollinaire apres 15 ans de travail publie en 1913 son recueil Alcools rassemblant bcp de référence àl’alcool comme allégorie de sa soif de vie. Ainsi dans un poème appelé automne malade et adoré apollinaire mêle modernité (récit en vers libres) et thème classique tel que l’éloge de la nature.
CommentRonsard arrive-t-il à renouveler l’expression de la nostalgie à travers l’automne.
I/ Des thèmes traditionnels
 
1/ L'automne, un thème lyrique
 
Le thème de l'automne, de l'agonie de la nature n'estpas nouveau : il a été exploité par de nombreux poètes lyriques avant Apollinaire.
Aussi est-ce tout naturellement qu'il s'y attache, lui qui a aimé Ronsard et qui doit tant à Verlaine.
L'imminence dela mort, suggérée dès le début par les vers 1 et 2 : « Automne malade...Tu mourras », est plus bouleversante, plus pathétique que la mort elle-même.  
C'est aux yeux du poète un moment privilégié pourl'âme désenchantée qui se complaît à envisager la mort qui vient : « Automne malade et adoré ».
Le parfum des fruits trop mûrs rappelle encore les richesses de cette saison d'abondance en même tempsqu'il annonce la pourriture irréversible ; « les éperviers planent » guettant leurs victimes pas encore offertes.
Les animaux ont déjà pressenti l'angoisse de l'hiver. Le poète s'arrête sur une scèneclassique, banal en automne : « Les cerfs ont bramé ». Le passé composé souligne le caractère révolu de leur chant d'amour rauque. Les assonances en [è] et [é] (« Aux lisières lointaines / Les cerfsont bramé ») joue le rôle d'une harmonie imitative suggérant cette longue plainte des cerfs. Ces deux vers, correspondant à  la 3èmestrophe très brève du poème, constituent une sorte de ponctuation...