Guitare electrique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1561 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
L A G U I TA R E E L E C T R IQ U E
Les aventures épiques du Gaston Lagaffe de la guitare ou Une petite histoire de la guitare électrique Depuis 1910, la radiophonie se développait aux USA grâce aux postes à galène et, quelques années plus tard, les laboratoires de la compagnie Bell mettaient au point le premier microphone. Cette évolution technologique allait sortir de l’ombre la guitare,jusque là reléguée au second rôle, derrière les tonitruantes sections de cuivres… En 1923, Lloyd Loar, ingénieur de chez Gibson, appliqua à la guitare la recette micro + ampli + haut-parleur. Les premiers prototypes de guitares munies d’un petit micro collé sous la table furent construits en 1924 à Kalamazoo. Si le principe fonctionnait « sur papier », les résultats pratiques étaient cependantdécevants. Traditionnellement conservatrice, la direction de Gibson décida donc d’arrêter les frais. Première erreur stratégique du Gaston Lagaffe de la guitare… Il fallut attendre 1931 pour qu’une petite société, fondée en Californie par un immigré suisse, reprenne le flambeau. Rickenbacker sort la « Frying pan » (poêle à frire, nom qui reflète parfaitement le splendide design de l’objet …), basée sur unconcept nouveau. Contrairement au système de Lloyd Loar qui captait les vibrations de l’air via un micro « de téléphone », le pickup de Rickenbacker, basé sur un aimant en fer à cheval, captait les vibrations des cordes métalliques qu’il enserrait, et les transformait directement en impulsions électriques. Plus besoin de caisse de résonance. Ce principe, raffiné et amélioré, est toujoursd’actualité aujourd’hui. Les guitaristes de jazz, habitués aux somptueuses archtop de Gibson, et les guitaristes de blues qui trouvaient le volume qu’ils recherchaient grâce aux guitares à résonateur de National, ne furent guère séduits par le look ravageur de la « Poêle à frire ». Cependant, Rickenbacker transforma sa découverte en succès commercial, en l’adaptant aux guitares hawaiennes « laptops », très àla mode à l’époque. En 1938, à la demande du grand guitariste de jazz Charlie Christan qui accompagnait la formation de Benny Goodman… et qui en avait assez de jouer les figurants, Gibson revint en force en développant la guitare Electro-Spanish ES 150. Elle était munie d’un pickup en « barre », encore considéré par beaucoup comme le meilleur pickup de jazz. L’ES150 et ses cousines, qui n’étaienten fait que des archtops électrifiées, furent les premières guitares électriques à rencontrer un succès commercial, avant la guerre. Les principales faiblesses de ces modèles étaient l’absence de sustain et le feedback. Aux alentours de 1940, Lester William Polfus, guitariste de variétés célèbre doublé d’un inventeur très astucieux, et mieux connu sous le nom de Les Paul, se construisit uneguitare solid body grâce à un manche d’Epiphone, un morceau de bois de pin et des micros « maison ». Obtenant les résultats escomptés (bon sustain et absence de feedback), il se produira sur scène pendant 10 ans avec cet engin qu’il avait affectueusement surnommé « the log » (« la bûche »). En 1946, il emporta son bébé auprès du N°1 Gibson, afin de le convaincre de le mettre en production. Mais onrenvoya avec des éclats de rire « le gamin avec son manche de brosse ». Deuxième erreur magistrale du Gaston Lagaffe de la guitare…

Paul Bigsby était mécanicien et bricolait des motos quand le fameux guitariste de country Merle Travis lui demanda de construire une guitare « solid body ». Le modèle qui sortit alors, en 1947, avait une structure et un look fantastiquement innovateurs, mais Bigsbyn’en exploita pas les potentialités commerciales. Quelqu’un d’autre le fera par la suite… Clarence Leonidas Fender réparait des radios et fabriquait des systèmes d’amplification à Fullerton, en Californie. Rencontrant Doc Kauffman, musicien et ancien collaborateur de Rickenbacker, il se mit à produire des lap tops hawaïennes. Mais il avait déjà autre chose en tête… Inspiré par la création de...
tracking img