Gustave flaubert

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1275 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
2.3.1.3. L’échec comme le principal instrument d’une « éducation sentimentale »
L’Education Sentimentale est, tout comme, Madame Bovary, un roman de l’échec, les deux protagonistes ayant un destin tragique. Mais il y a une différence : tandis qu’Emma a préféré la mort que la vie monotone dans une société médiocre, une société où elle ne trouvais pas son lieu, Frédéric va vivre avec toutes sesdésillusions et ses souvenirs, à coté de son meilleur ami, Deslauriers. Il y a encore une similarité entre les deux personnages : leur échec vient premièrement de tous ses relations amoureuses. Emma et Frédéric ont essayé en vain trouver l’amour.
Le roman commence avec une date précise : « Le 15 septembre, vers six heures du matin, la Ville-de-Montereau, près de partir, fumait a gros tourbillonsdevant le quai Sain-Bernard » suivie par la description du protagoniste : Un jeune homme de dix-huit ans, à long cheveux et qui tenait un album sous son bras, restait auprès du gouvernail, immobile. A travers le brouillard, il contemplait des clochers, des édifices dont il ne savait pas le nom ; puis il embrassa, dans un dernier coup d’œil, l’Île Saint Louis, la Cité, Notre-Dame ; et bientôt, Parisdisparaissant, il poussa un grand soupir.
M. Frédéric Moreau, nouvellement reçu bachelier, s’en retournait à Nogent-sur-Seine, où il devait languir pendant deux mois, avant d’aller faire son droit. (…).
Frédéric pensait à la chambre qu’il occuperait là-bas, au plan d’un drame, à des sujets des tableaux, à des passions futures. Il trouvait que le bonheur mérite par excellence de son âmetardait à venir. Il se déclama des vers mélancoliques ; il marchait sur le pont à pas rapides ; il s’avança jusqu’au bout, du coté de la cloche. »
Le roman s’ouvre sur le trajet fluvial du héros, Frédéric Moreau, entre Paris et Nogent. Celui-ci, nouvellement reçu bachelier, retourne dans sa famille avant d’aller « faire son droit ». C’est sur ce bateau qu’il va rencontrer M. Arnoux, quil’introduira ensuite dans le monde de l’art, et surtout Mme Arnoux, qui va devenir son grand amour.
A travers de cette première présentation, Frédéric Moreau semble un conquérant et un orgueilleux, mais il va symboliser le contraire : l’inactivité et l’échec. On sait peu de choses sur ses traits physiques (il a dix-huit ans et les cheveux longs), donc le protagoniste apparaît comme un spectateur ce quirenvoie a un de ses traits constitutifs sa : passivité, son impuissance.
Après la présentation de Frédéric, l’écrivain fait entrer en scène Mme Arnoux qui était présente sur le même bateau accompagné par son mari, Jaques Arnoux, un riche homme. Celui-ci est le propriétaire de l’Art Industriel :
« Ce fut comme une apparition : Elle était assise, au milieu du banc, toute seule ; ou du moins il nedistingua personne, dans l’éblouissement que lui envoyèrent ses yeux. En même temps qu’il passait, elle leva la tête ; il fléchit involontairement les épaules ; et, quand il se fut mis plus loin, du même côté, il la regarda.
Elle avait un large chapeau de paille, avec des rubans roses qui palpitaient au vent derrière elle. Ses bandeaux noirs, contournant la pointe de ses grandssourcils, descendaient très bas et semblaient presser amoureusement l’ovale de sa figure. Sa robe de mousseline claire, tachetée de petits pois, se répandait à plis nombreux. Elle était en train de broder quelque chose ; et son nez droit, son menton, toute sa personne se découpait sur le fond de l’air bleu. Comme elle gardait la même attitude, il fit plusieurs tours de droite et de gauche pour dissimulersa manoeuvre ; puis il se planta tout près de son ombrelle, posée contre le banc, et il affectait d’observer une chaloupe sur la rivière Jamais il n’avait vu cette splendeur de sa peau brune, et la séduction de sa taille, ni cette finesse des doigts que la lumière traversait. Il considérait son panier à ouvrage avec ébahissement, comme une chose extraordinaire. Quels étaient son nom, sa...
tracking img