Guy de maupassant « sur l'eau » (1888)

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (757 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
A l’heure où le soleil se couche, le marais m’enivre et m’affole. Après avoir été tout le jour le grand étang silencieux, assoupi sous la chaleur, il devient, au moment du crépuscule, un paysféerique et surnaturel. Dans son miroir calme et démesuré tombent les nuées, les nuées d’or, les nuées de sang, les nuées de feu ; elles y tombent, s’y mouillent, s’y noient, s’y traînent. Elles sontlà-haut dans l’air immense, et elles sont en bas, sous nous, si près et insaisissables dans cette mince flaque d’eau que percent, comme des poils, les herbes pointues.
Toute la couleur donnée au monde,charmante, diverse et grisante, nous apparaît délicieusement finie, admirablement éclatante, infiniment nuancée, autour d’une feuille de nénuphar. Tous les rouges, tous les roses, tous les jaunes, tousles bleus, tous les verts, tous les violets sont là, dans un peu d’eau qui nous montre tout le ciel, tout l’espace, tout le rêve, et où passent des vols d’oiseaux. Et puis il y a autre chose encore,je ne sais quoi dans les marais, au soleil couchant. J’y sens comme la révélation confuse d’un mystère inconnaissable, le souffle originel de la vie primitive, qui était peut-être une bulle de gazsortie d’un marécage à la tombée du jour.
Guy de MAUPASSANT, « Sur l’eau », Journal, 1888.


I- Une description picturale

A) Un texte descriptif au présent : verbes au présent,lexique de la vue, le « nous » de l’objectivité.

B) Les différentes phases du couchant : rouges, bleus, violets : on va vers la nuit. Texte enclos entre « l’heure où le soleil se couche » et « latombée du jour ».

C) La peinture d’une réalité et la contemplation esthétique : Dans le 1er §, on trouve tout d’abord les couleurs du couchant : l’or, le sang, le feu ; mais les métaphoresutilisées introduisent en outre une connotation dramatique. Puis, dans le 2ème §, les couleurs se multiplient, la palette se diversifie, avec un effet d’accumulation, tandis que les adverbes («...
tracking img