Guy de maupassant

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1014 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La main

En 1830, les premiers récits fantastiques font leur apparition en France. Guy de Maupassant fait parti des premiers auteurs à avoir écrit des œuvres dans ce type littéraire. Cet écrivain populaire des années 1880 a écrit ¨La main¨qui a été publiée en 1875 dans l’Almanach Lorrain sous le pseudonyme de Joseph Prunier. Le compte-rendu ci-dessous traitera de la vie de Maupassant,d’une brève définition du fantastique, du résumé de cette nouvelle et de la critique de celui-ci.

Guy de Maupassant est né le 5 Août 1850 à Tourville sur Arques et il est mort le 6 juillet 1893 à l’âge de 43 ans. Ces œuvres retiennent l’attention par leur force réaliste, la présence importante du fantastique et par le pessimisme qui s’en dégage le plus souvent mais aussi par la maîtrisestylistique. Pendant la décennie de 1880 à 1890, il publie six romans, plus de 300 nouvelles et quelques récits de voyage. Pour lui, le romancier qui doit tout mettre en œuvre « pour produire l’effet qu’il poursuit c’est-à-dire l’émotion de la simple réalité, et pour dégager l’enseignement artistique qu’il en veut tirer, c’est-à-dire la révélation de ce qu’est véritablement l’homme contemporain devantses yeux », pour lui en effet « les grands artistes sont ceux qui imposent à l’humanité leurs illusions particulières ». Durant ses dernières années, il développe un amour pour la solitude et une crainte constante face à la mort du à sa maladie, la syphilis.

Le fantastique est un genre littéraire fondé sur la fiction, racontant l’intrusion du surnaturel dans un cadre réaliste, autrementdit l’apparition de faits inexpliqués et théoriquement inexplicables dans un contexte connu du lecteur, ressemblant au merveilleux mais différent tout de même. Le fantastique est très souvent lié à une atmosphère particulière, une sorte de crispation due à la rencontre de l’impossible. La peur est souvent présente, que ce soit chez le héros ou dans une volonté de l’auteur de provoquer l’angoissechez le lecteur ; néanmoins ce n’est pas une condition nécessaire du fantastique.

Monsieur Bermutier, un juge d’instruction, enquêtait sur un crime inexplicable survenu il y a un mois à Saint-Cloud, Paris. Des femmes affolées discutaient de ce meurtre qu’elles qualifiaient de ¨surnaturel¨. Le magistrat en attendant ce mot, commença à leur raconter une affaire où quelque chose defantastique s’y était mêlée.

Alors qu’il travaillait comme juge d’instruction à Ajaccio, il poursuivait les affaires de vendetta. Or un jour, un Anglais s’installa dans une petite villa au fond du golfe. Des légendes se mirent à circuler à son sujet. On croyait qu’il avait commis un crime épouvantable. Bermutier surveillait cet homme, qui se nommait Sir John Rowell. Il se mit à chasser au alentourde sa demeure, espérant avoir une occasion de lui parler. Lorsque qu’il tua une perdrix devant lui, il lui offrit l’oiseau en gage de pardon et John le remercia. Après avoir discuter quelques fois, un soir, Sir John l’invita à entrer pour boire un verre de bière. Il confia au magistrat que l’animal le plus redoutable était l’homme. Pendant leur conversation, l’attention de monsieur Bermutier futattirée par une main d’homme enchaînée sur un large panneau dans la pièce. Il demanda à l’anglais qu’est-ce que c’était que cela. Il lui répondit que c’était son meilleur ennemi, une main fendue avec le sabre dont la peau avait été arrachée avec un caillou coupant. John lui avait mis cette chaîne pour le retenir. Le magistrat trouva la remarque très drôle car la main ne pouvait plus s’échapper àprésent et l’anglais reprit qu’elle voulait toujours s’en aller et que cette chaîne était toujours nécessaire. Bermutier changea de sujet et aperçu trois revolver chargés sur les meubles, comme si l’anglais s’attendait à être attaqué d’une minute à l’autre. Il retourna chez lui à quelques autres occasions puis n’y alla plus. Après un an, il fut réveillé par l’annonce du meurtre de John Rowell....
tracking img