Habuba kabira et jebel aruda, colonies urukéennes

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 21 (5034 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 février 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction

En 1968 débuta la construction du barrage de l’Euphrate, plus grand édifice hydraulique de Syrie. Le site de Tabqa, entre Rakka et Meskené, à 147km à l’est d’Alep fut choisit.
Il était prévu que ce barrage forme un lac de 80km de longueur et 8km de largeur moyenne, formant une surface totale de plus de 650km².
La direction Générale des Antiquités et des Musées a envoyé en1963 l’un de ses experts, M. Abderkader Rihaoui effectuer une prospection dans la région. La République Arabe syrienne par l’intermédiaire de L’UNESCO invita les instances archéologiques de plusieurs pays à participer aux fouilles qui devaient s’arrêter le 15.10.1973.
Les missions allemandes dirigées par M. Ernest Heinrich, puis par Mme Eva Strommenger effectuèrent les fouilles à Tell HabubaKabira de 1979 à 1975. Ils y découvrirent des niveaux de l’age du bronze, des cachets et des objets remontant au 3ème et 4ème millénaire av JC.
De 1972 à 1982, une équipe néerlandaise dirigée par G. Van Driel mena six campagnes sur le site de Jebel Aruda. C’est le second site après Habuba à révéler pleinement l’extension urukienne.

I) Présentation des sites

A) Habuba Kabira

AHabuba, nous sommes en présence d’un rejeton d’Uruk distant de plus de 900 km.
La ville se trouve sur la rive droite de l’Euphrate. Elle est construite sur la terrasse ancienne du fleuve comprise entre son ancien lit et le plateau syrien. Ainsi bien qu’à proximité de l’Euphrate, elle évite ses crues. L’érosion a emporté une bonne partie de la ville ce qui interdit d’en restituer les limites exactes.Nous pouvons y distinguer 3 phases.
Au début c’est une ville ouverte occupant une bande étroite de terrain le long de la limite orientale le long de la terrasse. Son étendue est estimée à 6 hectares.
Puis elle s’est dotée d’un rempart, construit en brique crue, comme les habitations, et d’un avant mur de 60cm d’épaisseur se trouvant 5m à l’avant du rempart. Le rempart fait 540m dans sapartie N-S, 140m dans la partie E-O. Le mur est épais de 3m et tous les 13,50m est renforcé de bastions larges de 5,50m. La face extérieure du rempart est ornée de niches décoratives. L’accès à la ville se fait par deux portes nommées porte de Qannas et porte d’Habuba munies de pièces de garde. Durant cette deuxième phase, sa superficie atteint 10 hectares. Enfin durant la troisième phase, elle enfait 22 et s’étend au-delà des remparts.
Ainsi, en 150 ans la ville n’a cessé de croître passant de 6 à 10 puis 22 hectares.
Seul 10% de la surface estimée a été fouillée. 0,5 pour la première, 2 et 2,20 pour les suivantes.

Trois zones d’habitat sont connues, une au Nord, une au centre et une au Sud, le tell Qannas sorte d’acropole de la ville. Le secteur nord appartient à la phase laplus ancienne de la ville, on compte un ou trois niveaux. Le secteur ouest, la zone du centre, appartient à une phase plus récente correspondant à l’extension et au rempart, on compte plus d’un niveau. Le secteur sud est la phase encore plus récente et comprend un seul niveau.

Pour desservir ces maisons, la ville possède un réseau de rues qui durant le deuxième phase est sinueux et nonhiérarchisé. Une voierie principale composée de trois rues de 5m de large est tracée. Elle s’organise selon un axe N-S à peu près parallèle à l’Euphrate. Sur les grands axes N-S et E-O se branchent de petites ruelles, parfois des impasses.
Le sol des rues est souvent recouvert de gravier et gardé propre alors que celui des impasses est jonché de déchets.

Sur une terrasse artificielle,l’acropole, les fouilleurs de l’équipe belge ont découverts des bâtiments, fouillés incomplètement, appelés temples.
Un temple Est tripartite borde une grande cour. Il est flanqué d’un magasin qui contenait de grandes jarres.
Le long de la cour le temple Ouest, un peu plus vaste, est construit sur le même plan.
Au Sud de la cour se trouve le temple Sud de plan original, en effet, le toit était...
tracking img