Hamlet

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 148 (36989 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 février 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Janvier 2001

Hamlet William SHAKESPEARE

Traduction de Victor HUGO

PERSONNAGES CLAUDIUS, roi de Danemark HAMLET, fils du précédent roi, neveu du roi actuel POLONIUS, chambellan HORATIO, ami d'Hamlet LAERTES, fils de Polonius VOLTIMAND, GUILDENSTERN, CORNÉLIUS, ROSENCRANT, courtisans OSRIC UN GENTILHOMME UN PRÊTRE MARCELLUS, officier BERNARDO, officier FRANCISCO, soldat REYNALDO,serviteur de Polonius COMÉDIENS DEUX PAYSANS, fossoyeurs FORTINBRAS, prince de Norvège UN CAPITAINE AMBASSADEURS ANGLAIS GERTRUDE, reine de Danemark et mère d'Hamlet OPHÉLIA, fille de Polonius LE SPECTRE DU PÈRE D'HAMLET

SEIGNEURS, DAMES, OFFICIERS, SOLDATS, MATELOTS, MESSAGERS, GENS DE SUITE La scène est à Elseneur

ACTE PREMIER SCÈNE PREMIÈRE Elseneur, une plate-forme devant le château. Franciscoest en faction. Bernardo vient à lui. BERNARDO - Qui est là? FRANCISCO - Non, répondez-moi, vous! Halte! Faitesvous reconnaître vous-même. BERNARDO - Vive le roi! FRANCISCO - Bernardo? BERNARDO - Lui-même. FRANCISCO -Vous venez très exactement à votre heure. BERNARDO - Minuit vient de sonner; va te mettre au lit, Francisco. FRANCISCO - Grand merci de venir ainsi me relever! Le froid est aigre, etje suis transi jusqu'au coeur. BERNARDO - Avez-vous eu une faction tranquille? FRANCISCO - Pas même une souris qui ait remué! BERNARDO - Allons, bonne nuit! Si vous rencontrez Horatio et Marcellus, mes camarades, de garde, dites-leur de se dépêcher. Entrent Horatio et Marcellus. FRANCISCO - Je pense que je les entends. Halte! Qui va là? HORATIO - Amis de ce pays.

MARCELLUS - Hommes liges duroi danois. FRANCISCO - Bonne nuit! MARCELLUS - Ah! adieu, honnête soldat! Qui vous a relevé? FRANCISCO - Bernardo a pris ma place. Bonne nuit! (Francisco sort) MARCELLUS - Holà! Bernardo! BERNARDO - Réponds donc. Est-ce Horatio qui est là? HORATIO - C'est toujours bien un morceau de lui. BERNARDO - Bienvenu, Horatio! Bienvenu, bon Marcellus! MARCELLUS - Eh bien! cet être a-t-il reparu cette nuit?BERNARDO - Je n'ai rien vu. MARCELLUS - Horatio dit que c'est uniquement notre imagination, et il ne veut pas se laisser prendre par la croyance à cette terrible apparition que deux fois nous avons vue. Voilà pourquoi je l'ai pressé de faire avec nous, cette nuit, une minutieuse veillée, afin que, si la vision revient encore, il puisse confirmer nos regards et lui parler. HORATIO - Bah! bah! ellene paraîtra pas. BERNARDO - Asseyez-vous un moment, que nous rebattions encore une fois vos oreilles, si bien fortifiées contre notre histoire, du récit de ce que nous avons vu deux nuits. HORATIO - Soit! asseyons-nous, et écoutons ce que Bernardo va nous dire. BERNARDO - C'était justement la nuit dernière, alors

que cette étoile, là-bas, qui va du pôle vers l'ouest, avait terminé son courspour illuminer cette partie du ciel où elle flamboie maintenant. Marcellus et moi, la cloche sonnait alors une heure... MARCELLUS - Paix, interromps-toi!... Regarde! Le voici qui revient. (le spectre entre) BERNARDO - Avec la même forme, semblable au roi qui est mort. MARCELLUS - Tu es un savant: parle-lui, Horatio. BERNARDO - Ne ressemble-t-il pas au roi? Regarde-le bien, Horatio. HORATIO - Tout àfait! Je suis labouré par la peur et par l'étonnement. BERNARDO - Il voudrait qu'on lui parlât. MARCELLUS - Questionne-le, Horatio. HORATIO - Qui es-tu, toi qui usurpes cette heure de la nuit et cette forme noble et guerrière sous laquelle la majesté ensevelie du Danemark marchait naguère? Je te somme au nom du ciel, parle. MARCELLUS - Il est offensé. BERNARDO - Vois! il s'en va fièrement. HORATIO- Arrête; parle! je te somme de parler; parle! (le spectre sort) MARCELLUS - Il est parti, et ne veut pas répondre. BERNARDO - Eh bien! Horatio, vous tremblez et vous êtes tout pâle! Ceci n'est-il rien de plus que de l'imagination? Qu'en pensez-vous?

HORATIO - Devant mon Dieu, je n'aurais pu le croire, sans le témoignage sensible et évident de mes propres yeux. MARCELLUS - Ne ressemble-t-il...
tracking img