Hamlet

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2216 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 décembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
[pic]

[pic]
Correction du bac blanc : sujet LA QUESTION “QUI SUIS-JE ?”
ADMET-ELLE UNE RÉPONSE EXACTE ?
Lire le sujet et définir les mots clefs.
Éviter de répondre, surtout en déclinant son identité, montrer au contraire que toutes les qualités qui me sont attribuées par moi-même ou par autrui, en privé ou en public, ne suffisent pas à me définir, à dire qui je suis. Ne pas confondre laquestion qui suis je ? avec que suis je ? qui porte sur l’existence du sujet. La question ne se résume pas non plus à la définition de la nature de l’homme, qu’est-ce que je suis en tant qu’ homme, mais quelle personne suis-je, quel sujet s’exprime quand je dis “je suis” ? La question concerne non seulement la conscience de soi, mais aussi la connaissance de soi.
Pourquoi cette question “qui suisje” pose-t-elle problème, non pas en elle-même mais si l’on demande si elle admet une réponse exacte ?
Une réponse exacte (latin exigere = mesurer, achever, mener à terme) signifie
- que l’on peut donner de manière précise, intégrale, sans conteste ; elle s’oppose à l’à peu près, l’approximatif ou le vraisemblable
- une réponse juste (sens de la justesse), vraie, qui s’oppose au faux, à l’erreurou à l’illusion.
On peut opposer sur plusieurs points:
La question qui suis je?…
- Elle amène une réponse subjective, arbitraire ou plusieurs réponses contradictoires, changeantes : “on ne peut pas être à la fois au balcon et se regarder passer dans la rue” dit A. Comte
- Il y a une part en nous qui nous échappe : c’est l‘inconscient psychique (cf textes de Freud, les données lacunaires de laconscience, l’homme n’est pas maître de sa propre maison…)
- C’est une question réflexive, qui renvoie au sujet qui connait, à la connaissance de soi sans objet d’étude autre que soi-même.
- Je ne dis pas qui je suis en donnant une liste d’attributs, des qualités sensibles ou morales (Cf. texte de Pascal “qu’est-ce que le moi ?)
… Une réponse exacte.
- C’est une réponse unique et détaillée
-C’est une réponse sur le modèle de la démonstration mathématique : qui peut être argumentée selon les règles de la logique (cf. modèle de la résolution d’un problème dans les sciences justement appelées “exactes” pour les différencier des sciences humaines).
- Une réponse exacte à une question suppose l‘objectivité, c’est-à-dire ce qui est à étudier doit être selon l’étymologie, placé, jeté(jectum) devant nous (ob), à distance de notre esprit connaissant.
- Le “je” est à la fois sujet et objet de l’étude, et même à considérer que je suis le mieux placé pour savoir qui je suis”, il y a confusion.
Le sujet est difficile à connaitre d’une part, et d’autre part on ne peux pas mener l’analyse à son terme car il y a confusion entre le sujet connaissant et l’objet à connaitre dans laquestion qui suis-je ?
On arrive au problème du sujet :
La question qui suis-je est une question philosophique, ou du domaine des sciences humaines ,elle concerne le sujet. La réflexion que suscite cette question ne peut être menée à bien dans le cadre des sciences exactes, elle n’admet pas UNE réponse exacte dans la mesure où elle est une question réflexive et subjective. Cela ne veut pas dire quecette question ne mérite pas que l’on s’y attarde… Cette question a une valeur malgré l’absence de certitude.
L’enjeu est le domaine de la connaissance (science, vérité) et de l’anthropologie ; il concerne aussi les sciences humaines en général.
Plan possible :
1. Les difficultés de répondre de manière exacte à la question qui suis – je ?
• Le problème de l’introspection et de la rétrospection(au présent et dans le temps)
• Le caractère irréductible de la subjectivité
• La part d’inconscient en moi
1. 2.L’intérêt de cette question au delà de l’exactitude.
• Valeur de la connaissance de soi, fondement des autres connaissances
• Donner un sens à sa vie et non des réponses (”C’est le problème philosophique vraiment sérieux ” pour Camus)
• L’engagement moral : l’action, autrui,...
tracking img