Handicapés

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 17 (4194 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 mai 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Le handicap reste aujourd’hui une notion très subjective, souvent mal utilisée et presque toujours connotée de façon négative. Dans la représentation collective, il est systématiquement associé à l’image stéréotypée de la personne en fauteuil roulant ou de la canne blanche. Pourtant selon une enquête de l’INSEE, publié en 2002, 12 millions de Français, soit plus d’une personne sur quatre, sedéclarent victimes d’une déficience. Sur 38 millions d’actifs, près de 13% indiquent une limitation de leur capacité de travail. Autant dire que la notion d’handicap recouvre une très grande diversité de situations.

Ainsi, on pourra se demander comment la société française a-t-il intégré les handicapés ? Dans un premier temps, nous aborderons la place des handicapés dans la société au niveauéconomique particulièrement puis nous verrons dans un deuxième temps, nous verrons la position sociale et politique de celui-ci dans la société.

I)La place des handicapés dans la société.

A)Qu’est-ce qu’un handicapé ?

Poser la question à la classe, leur demander la différence entre une personne handicapé, déficiente et en incapacité. Montrer le schéma sur powerpoint et leurreposer la question après avoir expliqué les termes de « déficient » et « incapacité ».
Une personne dite déficiente est une personne ayant une perte ou une anomalie d’une structure ou d’une fonction physique, psychologique ou anatomique.
Une personne en incapacité est une personne étant restreinte ou affaiblit au niveau faculté, ceci dû à une déficience, et ne lui permettant pas defaire les activités considérées comme normales pour un être humain.
Une personne handicapé est donc une personne possédant une déficience ainsi qu’une incapacité permanente ou présumée définitive menant elle même à un handicap moral, intellectuel, social ou (et) physique. L’individu exprime une déficience vis-à-vis d'un environnement, que ce soit en terme d'accessibilité, d'expression, decompréhension ou d'appréhension. Il s'agit donc plus d'une notion sociale et d'une notion médicale. Cela l’empêche ou le limite ainsi dans l’accomplissement d’un rôle social considéré comme normal selon l’âge, le sexe et les facteurs sociaux et culturels. Ces handicapés rencontrent donc des barrières culturelles (attitudes, préjugés) physiques ou sociales qui les empêchent d’avoir accès aux diverssystème proposé par la société que les autres citoyens peuvent utiliser.
En 1960, on utilisait le terme d’individus infirmes, anormaux, aliénés, retardés, inadaptés, etc. L’évolution des attitudes à l’égard des intéressés s’est faite de façon lente et discontinue, mais va peu à peu dans le sens du droit à la vie et à la dignité. Au cours des dernières décennies, le vocabulaire utilisé pourdésigner les personnes handicapées a bien évolué. Aujourd'hui on désigne ces mêmes individus par l'expression « personne handicapée » ou « personne ayant une déficience ou une incapacité ou une limitation fonctionnelle ».

Nouvelle définition donnée par la loi française du 11 février 2005 portant sur l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personneshandicapées : « Constitue un handicap, au sens de la présente loi, toute limitation d'activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d'une altération substantielle, durable ou définitive d'une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d'un polyhandicap ou d'un trouble de santé invalidant. • Il existe donc des handicaps qui ont une origine physiologique :
❖ Handicaps physiques
➢ Handicaps sensoriels : surdité, amblyopie, anosmie, cécité, daltonisme
➢ Handicaps moteurs (paralysies, amputations, infirmité motrice cérébrale, Spinabifida, myopathie…) et de la voix (mutisme, laryngectomie)
➢ Maladies chroniques : épilepsie,...