Hannah arendt

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 149 (37053 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 31 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
PARTIE 1
LES « TRENTE GLORIEUSES »
(1945-1973)
L’âge d’or du mode de développement fordiste

υ Du point de vue du développement capitaliste, la période 1945-1973 correspond, dans les PDEM, à la maturité et à la plénitude du mode de développement fordiste ou fordisme.

υ On évoquera synthétiquement ce mode de développement, en rendant compte successivement de ses trois « composantes » :? Le mode d’accumulation, qu’on qualifiera d’intensif.

? Le mode de régulation, qu’on qualifiera de monopoliste.

? Le système international, caractérisé par le leadership des États-Unis, et les prémices de la mondialisation.

υ NB : même si on traitera prioritairement le cas français, le cœur (vs centre, périphérie) du fordisme se situe aux États-Unis.

Un mode d’accumulation intensifυ On entend par mode d’accumulation, l’ensemble organisé des modalités (le « modèle ») qu’emprunte l’accumulation du capital à une époque donnée.

? Le mode d’accumulation propre au fordisme est qualifié d’intensif, car il se caractérise, en premier lieu, par l’importance du rôle joué par les gains de productivité.

? Croissance extensive, croissance intensive... Les facteurs deproduction (capital, travail).

? Mode d’accumulation extensif, mode d’accumulation intensif...

? NB : qualifier le mode d’accumulation associé au fordisme d’intensif, n’exclut aucunement la croissance extensive.

1-1) Croissance du stock de capital et progrès technique

Du point de vue du capital productif, les trente glorieuses sont marquées, dans tous les PDEM, par un niveau historiquementélevé de l’investissement, et donc, par une croissance très rapide du stock de capital.

? En France, l’investissement (FBCF) en volume triple entre 1949 et 1966.

? En France, sur l’ensemble de la période 1945-1973, le taux d’investissement (FBCF/PIB) demeure supérieur à 20%, et frôle même les 25% à la fin des années 1960. (Il avait oscillé entre 14 et 20% durant la période 1896-1939).Taux de croissance annuel moyen du stock de capital par tête : 1950-1975 (INSEE).

|France |RFA |Royaume-Uni |USA |Japon |
|4,5% |5,2% |3,1% |2,7% |9% |υ Croissance du stock de capital : croissance extensive.

υ Parallèlement, les investissements productifs d’après-guerre sont porteurs d’importants progrès techniques.

? La modernisation du système productif français, après une longue période (1929-1945) de stagnation et de vieillissement.

? La diffusion, dans le système productif, d’innovations développées aux USA avant la guerre :éléctrification de la production et développement du machinisme.

? La recherche d’un capital plus productif encouragée par la pénurie relative de main d’œuvre (France).

? Les gains de productivité : en France, la productivité apparente du capital (variation de la production/variation du stock de capital) augmente régulièrement jusqu’à la fin des années 1960 (valeur ≠ volume).

υ Un stock decapital fortement croissant et d’importants gains de productivité.

? Croissance extensive et croissance intensive.

? « De plus en plus de capital, de plus en plus productif ».

1-2) Généralisation du salariat et intensification du travail

υ Du point de vue du travail, les trente glorieuses sont tout d’abord marquées par la généralisation du rapport salarial. (Croissance extensive)

?Le mouvement d’extension du salariat avait certes démarré avec la révolution industrielle, mais en France, en 1945, moins d’un actif sur deux est salarié (agriculteurs, artisans et petits commerçants, professions libérales...).

? En 1974, 82% des actifs occupés sont salariés (on plafonne aujourd’hui autour de 90%).

? Avec la forte croissance de l’activité féminine, c’est désormais la...
tracking img