Haussmannisation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1410 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
L’HAUSSMANNISATION

1 - PARIS AVANT HAUSSMAN

Au milieu du XIXe siècle, Paris est une ville très ancienne, elle se présente encore en grande partie comme une ville médiévale :

• Le centre de Paris est très congestionné, il est pauvre et dangereux: Paris est une ville malade

• Les bâtiments sont trop hauts par rapport à la largeur des rues : pas de soleil et pas de lumière; d'où desimmeubles humides et insalubres

• De nombreux "bidonvilles" parsèment Paris : Ménilmontant, la Petite Pologne (sud de la Plaine Monceau) : des baraques et des masures, des ruelles recouvertes de boue et de fumier,

• L’île de la Cité est particulièrement insalubre. Napoléon 1er voulait déjà sa destruction : "ce n'est qu'une vaste ruine, tout au plus bonne à loger les rats de l'ancienne Lutèce"• La ville est malsaine. En 1832, une épidémie de choléra sévit dans Paris: 25.000 parisiens en meurent, dont Casimir PERRIER, alors ministre de l'intérieur. En 1849, une autre épidémie touche Paris faisant près de 20.000 morts

• Pas d'égouts et pas d'eau courante. Le manque d'eau est un problème important de Paris. Monsieur de RAMBUTEAU, prédécesseur d'HAUSSMANN à la préfecture de PARIS (de1833-1848) disait: "de l'air, de l'eau et de l'ombre, c'est ce qu'il faut aux Parisiens". Il multiplie les bornes-fontaines dans Paris : elles passent d'une centaine en 1830 à près de 2000 en 1848 et le volume d'eau disponible chaque jour par parisien de 30 à 110 litres sur la même période.

• Une ville sans arbres. Malgré les premiers efforts du préfet RAMBUTEAU, qui fit planter 20.000 arbres,il n'y a pratiquement pas d'arbres le long des voies et de jardins ou squares publics pour accueillir les parisiens

• La circulation est difficile. Le réseau de circulation est peu adapté à l'augmentation de l'activité économique et pas du tout au trafic généré par les nouvelles gares

• La population parisienne est en forte croissance. La révolution industrielle exige une main d'œuvre puiséedans un exode rural massif. De 1845 à 1848, la population parisienne passe de 600.000 à 950.000 habitants pour 400 000 habitations.

2 - LES TRANSFORMATIONS
La transformation de Paris sous la direction d’Haussmann s’effectue par étapes faisant de la capitale un gigantesque chantier pendant des décennies :
Le premier réseau (1852-1859) :

Également appelé “la croisée de Paris”. L’idée de cepremier réseau est de réaliser deux voies qui se croisent à angle droit, l’une nord-sud (rue Saint-Michel, boulevard de Strasbourg et boulevard Sébastopol), l’autre est-ouest (rue de Rivoli et rue Saint-Antoine). Environ 9,5 kilomètres de voies ont été créés dans ce premier réseau.
Les réalisations principales en sont :
• Le boulevard de Strasbourg, le boulevard de Sébastopol, lePont-au-Change, le boulevard du Palais et le boulevard Saint-Michel, jusqu’à l’Observatoire,
• Le prolongement de la rue de Rivoli vers l’est au-delà du Louvre et élargissement de la rue Saint-Antoine
• Le boulevard Saint-Germain et le pont de Sully
• Les boulevards de Port-Royal et Saint-Marcel
• Rue de Rennes et rue Monge, rue Gay-Lussac et rue Claude Bernard. -Elargissement de la rueSoufflot
• L’actuelle avenue Foch.

Le deuxième réseau (1859-1867) :

Il comprend, entre autres et sur environ 26 kilomètres, les travaux suivants :

• sur la rive droite :

- l’ouverture de l’actuelle Place de la République et le percement de l’actuel boulevard Voltaire, du boulevard Magenta et de la rue Turbigo,
- la place de l’Europe et le désenclavement de lagare Saint-Lazare,
- le boulevard Malesherbes
- l’aménagement de la Place de l’Etoile et des avenues aux alentours

• sur la rive gauche :

- création des boulevards Saint-Marcel et Port-Royal
- Le boulevard Arago
- ouverture du Boulevard Raspail
- modification des accès de la Montagne Sainte-Geneviève
- profonde modification de...
tracking img