Hauuse des taux en 2011

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (816 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La hausse des taux d’intérêt est – elle envisageable en 2011 ?
Début Avril 2011, la BCE à remonté pour la première fois en 3 ans son taux directeur de 25 points de base à 1,25%. Le scénario d’uneremontée d’ci juin 2011 est de plus en plus évoqué. La BCE prévoit de faire passer ces taux à 1,50%, le principal taux de refinancement et le mouvement devrait se poursuivre courant 2011. Il estpossible que le principal taux d’intérêt de la BCE atteigne 2% à la fin d’année ou en début d’année prochaine.
Cette série est expliqué essentiellement par la montée de l’inflation, l’inflation en zoneeuro est à 2,8 % (dernier chiffre du mois d’avril) et cela est excessif pour la BCE qui a une limite de l’inflation de 2% et qui sanctionne cette remontée par un début de resserrement de la politiquemonétaire et des hausse de taux courts.
La question se pose sur la capacité de la BCE à atteindre ces objectifs d’inflation des 2% grâce à cette série de hausse, les avis sont partagés et c’est unreproche qui peut lui être fait car on sait que l’inflation en Zone Euro accélère essentiellement du fait de l’énergie . C’est la facture énergétique payé par les ménages de la zone Euro qui fontmonter les prix et le reste de l’indice des prix est assez inerte, ce qu’on appelle l’inflation sous jacente et qui contribue très peu à la hausse des prix. Et dans un contexte comme celui là, onreproche à la BCE parfois le fait que l’arme des taux d’intérêt n’est pas la plus efficace pour modérer l’évolution des coûts des matières premières en plus du coût du pétrole qui font monter les prix enZone Euro .
Ceci dit, la BCE n’est pas la seule Banque centrale à monter ces taux, presque toutes les banques centrales de la planète actuellement sont dans des phases de resserrement monétaire, ycompris la banque de chine. L’exception c’est la banque fédérale des Etats Unis, et cette hausse des taux en bout de course pourrait ralentir l’économie mondiale, du moins, la freiner et amener le prix...
tracking img