Hell

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1264 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Je suis une pétasse. Je suis un pur produit de la Think Pink génération, mon credo : Sois belle et consomme. " Hell a 18 ans, vit à Paris Ouest, se défonce à la coke, est griffée de la tête aux pieds, ne fréquente que des filles et des fils de, dépense chaque semaine l'équivalent de votre revenu mensuel, fait l'amour comme vous faites vos courses. Sans oublier l'essentiel : Elle vous mépriseprofondément ... Jusqu'au soir ou elle tombe amoureuse d'Andréa, son double masculin, séducteur comme elle, et comme elle désabusé. Ensemble, coupés du monde, dans un corps à corps passionnel, ils s'affranchissent du malaise qu'ils partagent. Mais les démons sont toujours là qui veillent dans la nuit blanche de ces chasseurs du plaisir. Entre romantisme et cynisme, voici les débuts d'un " adorablemonstre " de 19 ans ... " Je ne sais même pas pourquoi je viens souffrir ici. Ce bordel institutionnel qui met l'amour en pièces. Ici, on n'est rien pour personne. Je ne suis rien pour lui " " Le bonheur, on ne peut que passer à coté Si tu m'avais aimée ... Ca ne pouvait pas suffire. Et ta débauche ne leurre qu'un instant ton désespoir caché. C'est un de ces maux qu'on ne peut pas guérir ... Ce n'estpas ta faute " " Désillusionnée avant l'age, je dégueule sur la facticité des sentiments. Ce qu'on nomme l'amour n'est que l'alibi rassurant de l'union d'un pervers et d'une pute que le voile rose qui couvre la face effrayante de l'inéluctable Solitude. Je me suis caparaçonnée de cynisme, mon coeur est chatré, je fuis l'affreuse Dépendance, la moquerie du Leurre universel : Eros planque une fauxdans son carquois. L'amour, c'est tout ce qu'on a trouvé pour aléner la déprime post-coïtum, pour justifier la fornication, pour consolider l'orgasme. C'est la quintessence du Beau, du Bien, du Vrai, qui refaçonne votre sale gueule, qui sublime votre existence mesquine. Eh bien moi, je refuse. Je pratique et je prone l'hédonisme mondain, il m'épargne. Il m'épargne les euphories grotesques dupremier baiser, du premier coup de fil, écouter douze fois un simple message, prendre un café, une verre : Les souvenirs d'enfance, les amis communs, les vacances sur la Côte, puis un diner : Les auteurs préférés, le mal de vivre, pourquoi sortir tous les soirs, la première nuit, suivie de beaucoups d'autres, ne plus rien avoir à se dire, baiser pour combler les blancs, ne même plus avoir envie debaiser, se détacher, rester ensemble quand même, s'engueuler, se réconcilier tout en sachant que c'est mort au fond, aller baiser ailleurs et puis plus rien. Souffrir ... " " On vit ... comme des cons. On mange, on dort, on baise, on sort. Encore et encore. Et encore ... Chaque jour est l'inconsciente répétition du précédent : On mange autre chose, on dort mieux, ou moins bien, on baise quelqu'und'autre, on sort ailleurs. Mais c'est pareil, sans but, sans intérêt. On continue, on se fixe des objectifs factices. Pouvoir. Fric. Gosses. On se défonce à les réaliser. Soit on ne les réalise jamais et on est frustrés pour l'éternité, soit on y parviens et on se rend compte qu'on s'en fout. Et puis on crève. Et la boucle est bouclée. Quand on se rend compte de ça, on a singulièrement envie deboucler la boucle immédiatement, pour ne pas lutter en vain, pour déjouer la fatalité, pour sortir du piège. Mais on a peur. De l'inconnu. Du pire. Et puis qu'on le veuille ou non, on atten toujours quelque chose. Sinon, on presserait sur la détente, on avalerait la plaquette de médocs, on appuierait sur la lame de rasoir jusqu'à ce que le sang gicle ... On tente de se distraire, on fait la fête, oncherche l'amour, on croit le trouver, puis on retombe. De haut. On tente de jouer avec la vie pour se faire croire qu'on la maitrise. On roule trop vite, on frole l'accident. On prend trop de coke, on frole l'overdose ... " " Que dire du bonheur ? Rien. Ca emmerde le monde. Le bonheur des uns fait le malheur des autres. Vous seriez jaloux, mesquins. Pourquoi cela marcherait il à ce point pour nous,...
tracking img